British Shorthair : un chat de race très doux, au pelage soyeux

29 janvier 2020 -

Chat British

Vous recherchez un chat au caractère facile qui fera le bonheur de tous les membres de la famille ? Le British Shorthair est fait pour vous ! Ce félin au flegme tout britannique se caractérise aussi bien par la beauté de son pelage que par sa bonne humeur.

Si ses origines sont fort anciennes, il a su au fil des siècles s’adapter parfaitement à la vie aux côtés des humains. Ce gros nounours tout rond a, entre autres, servi de modèle pour le chat du Cheshire dans le dessin animé Alice au pays des merveilles. Nous vous dévoilons tous les secrets de ce chat si british !

Carte d’identité du British Shorthair

Poil : court
Taille : moyen
Robe : toutes couleurs, tous patrons
Origine : Grande-Bretagne
Prix moyen : 900-1 200 €

Massif et tout en rondeur. Chat calme, câlin. Compagnon de jeu idéal pour des enfants. Pas de problèmes avec les autres chats et les chiens.

Historique de la race

Comme son nom l’indique, le British Shorthair est un chat à poils courts originaire de Grande-Bretagne ! Présent dans ces régions depuis fort longtemps, il est peu à peu devenu populaire ailleurs en Europe et dans le monde. Il est l’équivalent britannique de l’Européen, originaire d’Europe continentale, et de l’American Shorthair natif des États-Unis.

Un chat très « british »

Les ancêtres du British Shorthair furent sans doute apportés dans les îles britanniques par les Romains, aux premiers siècles de notre ère. Au fil du temps, ils développèrent un physique parfaitement adapté au climat froid et humide de ces contrées.

Leur fourrure devint particulièrement épaisse et laineuse, et pratiquement imperméable. C’est tout naturellement que ces chats, d’abord utilisés pour chasser les rats, s’imposèrent peu à peu dans les foyers britanniques. Durant la deuxième moitié du XIXe siècle, les Anglais se prirent de passion pour l’élevage félin. Des races de chats venus d’ailleurs commencèrent à arriver en Angleterre.

Le chat classique anglais fut alors baptisé British Shorthair, afin de souligner son origine, et de le différencier des races à poils longs. La toute première exposition féline eu lieu en 1871 au Crystal Palace à Londres. Les deux seules races représentées étaient le Persan et le British Shorthair, avec une chatte bleu tabby qui remporta le concours. La race fut probablement exportée aux États-Unis au début du XXe siècle.

Une race qui a bien failli disparaître !

Les deux guerres mondiales décimèrent la population de British Shorthair. Afin de reconstituer la race, les éleveurs eurent alors recours à des croisements avec des chats de gouttière de toutes sortes. Ceci eut pour effet de faire perdre au British Shorthair sa rondeur caractéristique. Celle-ci fut restaurée par des croisements avec le Persan, qui provoquèrent également l’apparition d’individus à poils longs.

Une nouvelle race fut alors crées, et baptisée du nom de British Longhair. Dans les années 1960, de nombreux croisements furent réalisés avec le Chartreux. Les deux races finirent par se ressembler tellement qu’une association d’éleveurs, la FIFe, décida de les fusionner en 1970. Tous les British Shorthair bleus furent ainsi considérés comme des Chartreux. Les deux races furent à nouveau clairement séparées en 1977. Les croisements sont depuis lors interdits afin de préserver les caractères distincts de chaque race.

La reconnaissance de la race

Nous l’avons vu, le British Shorthair était déjà bien connu en Angleterre à la fin du XIXe siècle. Cependant, en raison sans doute de ses difficultés entre les deux guerres, la race mit du temps à être reconnue par les fédérations des autres pays. Ainsi, il fallu attendre 1979 pour que le LOOF homologue le British Shorthair en France. L’inscription de la race se fit au même moment aux États-Unis. Le British Longhair, quant à lui, ne fut reconnu par le LOOF qu’en 2000.

Caractéristiques physiques du British Shorthair

Le British Shorthair est un chat tout en rondeurs, du museau au bout des pattes ! Sa tête, en forme de pomme, lui donne une allure adorable d’ours en peluche. Cette impression est renforcée par son épaisse fourrure comparable à un tapis de laine. C’est, du reste, un chat plutôt imposant, de taille moyenne à grande. Les mâles peuvent peser jusqu’à huit kilos, tandis que les femelles, plus petites, dépassent rarement les cinq kilos.

Le British Longhair est une variante à poils mi-longs du British Shorthair. Les deux races ne se distinguent que par la longueur de leur pelage. Contrairement au cas de la grande majorité des races, le standard du British Shorthair n’impose aucune robe particulière. Toutes les couleurs et tous les patrons sont autorisés, ce qui entraîne une incroyable diversité des pelages !

La tête

La tête du British Shorthair est large, et ses contours sont arrondis, de face comme de profil. Le front forme une courbe, et se prolonge par un nez large et court, éventuellement avec un léger stop. Les narines sont bien ouvertes. Les joues sont rebondies, et le mâle adulte présente de grosses bajoues. Les pâtons, zones d’implantation des moustaches, sont bien bombés. Le bout du nez et le menton sont alignés.

Les yeux

Sans surprise, les yeux du British Shorthair sont grands et tout ronds ! Il sont bien écartés, renforçant l’impression de largeur du nez. Différentes couleurs sont admises en fonction de la couleur de la robe, mais dans tous les cas la teinte doit être intense et brillante.

Les oreilles

Les oreilles, bien espacées, sont petites. Leur base est large, et leur extrémité est arrondie. Leur implantation s’inscrit dans l’arrondi général de la tête.

Le corps

Le British Shorthair possède un corps massif et large, tout en rondeurs. Des muscles puissants s’accordent avec une ossature forte. Les épaules sont larges et rondes, tout comme les hanches. Le cou est particulièrement court et trapu, difficile à distinguer sous l’épais pelage.

Les pattes

Les pattes sont de taille moyenne. Tout comme le reste du corps, elles présentent une ossature solide et une musculature puissante. Les pieds sont ronds.

La queue

La queue du British Shorthair est épaisse sur toute sa longueur. Le bout est arrondi. Elle mesure environ les deux tiers de la longueur du corps.

Les poils

Le British Shorthair présente une épaisse fourrure courte, particulièrement dense. Les poils ne sont pas couchés sur le corps, mais au contraire bien dressés. Cela fait que la fourrure s’ouvre par endroits lorsque le chat bouge.

Ce phénomène se produit en particulier au niveau de l’encolure lorsqu’il tourne la tête. On compare souvent ce pelage à un tapis de laine. Le sous-poil est particulièrement épais. Notons que, dans le cas des chats bleus, lilas et crème, des variations de la texture du pelage sont possibles.

La robe et le patron

Toutes les robes et couleurs sont présentes chez le British Shorthair. On retrouve ainsi les possibilités suivantes :

  • Des robes unies : noir, bleu, chocolat, lilas, cinnamon, fawn, roux, crème ou blanc ;
  • Des robes torties, ou « écaille de tortue » : la couleur de base est par endroit transformée en roux ;
  • Ou encore des robes à panachures blanches : robes mitted (seul le bout des pattes est blanc), robes « et blanc » (moins de 50 % de blanc), robes « et blanc arlequin » (de 50 % à 80 % de blanc), robes « et blanc van » (plus de 80 % de blanc) ;
  • patrons acromélaniques, c’est-à-dire avec une robe plus foncée aux extrémités (zones dites « froides ») : point, mink (moins contrasté) et sépia (très peu contrasté) ;
  • motif agouti : certains poils sont tiquetés, c’est-à-dire qu’ils présentent des bandes plus foncées et plus claires ; la présence de zones tiquetées dans le pelage crée des motifs, tels que les motifs tabby (présence de spots, de motifs tigrés…) ;
  • motif tipped : seule l’extrémité des poils est colorée, le reste étant le plus souvent blanc argenté (silver) ; si la zone colorée représente environ 30% de la longueur du poil, on parle de chat « shaded » ; si elle est cantonnée à moins de un huitième de la longueur, le chat est « shell », ou « chinchilla » si le poil est silver ;

Comportement et caractère du British Shorthair

On choisit souvent un chat d’une race précise non seulement pour son apparence physique, mais aussi pour les tendances comportementales associées. En effet, à chaque race correspondent des traits de caractère fréquents, que l’on retrouve chez une grande partie de ses représentants.

Rappelons toutefois que choisir un chat de race British Shorthair ne garantit en rien qu’il ait le comportement que nous allons décrire ici. En effet, le caractère d’un chat dépend de nombreux facteurs : ses gènes, leur expression, la qualité de la socialisation, les expériences vécues, l’environnement physique et affectif dans lequel il évolue… Comme un humain, chaque chat est unique !

Votre British Shorthair pourrait donc avoir un comportement différent sur certains points de celui que nous allons décrire ici.

La douceur incarnée

On peut vraiment dire du British Shorthair qu’il est doux dans tous les sens du terme ! Son caractère calme et posé et son goût pour les caresses font de lui un compagnon adorable. Et une fois que vous aurez enfoui vos doigts dans sa douce fourrure, vous ne pourrez plus vous arrêter de le caresser !

Cette particularité est sans doute l’une des clés du succès que rencontre actuellement le British Shorthair. En effet, au milieu de notre vie pleine de stress, sa présence douce et rassurante offre un véritable havre de paix et de détente. Il est également un excellent compagnon pour les personnes âgées ou pour des séances de médiation animale (zoothérapie). Il s’adapte en effet particulièrement bien à leur rythme de vie calme, et sait leur apporter une présence réconfortante.

Le British Shorthair aime sa tranquillité. Il apprécie donc les environnements calmes, et a tendance à fuir le bruit ou l’agitation. Même s’il s’entend généralement bien avec les autres chats, il est préférable de ne pas le faire cohabiter avec des animaux très turbulents. Les chats de races hybrides, tels que le Savannah ou le Bengal, pourraient se montrer un peu trop agités pour lui !

Un compagnon facile à vivre

Le chat British est l’une des races les plus faciles à éduquer, et sait se montrer particulièrement obéissant. Très proche des humains, il fait tout pour leur plaire en s’adaptant à toutes les règles de la maison. Il se montre à la fois affectueux et indépendant.

En effet, s’il apprécie beaucoup les caresses et les moments de jeu, il est aussi capable de rester seul toute la journée. Lorsque ses maîtres sont présents, il a tendance à les suivre dans toutes les pièces de la maison, mais sans jamais devenir collant. Le British Sorthair est donc un choix parfait pour les amoureux des félins qui n’ont encore jamais eu de chat.

Il se caractérise également par sa très grande capacité d’adaptation. Ce félin apprécie sincèrement la compagnie des humains et des autres animaux. Il saura ainsi se montrer un compagnon idéal pour les enfants, les autres chats, et même les chiens !

Contrairement à ce que pourrait laisser présager son aspect massif, le chat British s’exprime d’une petite voix douce. Avec son épais pelage résistant aux intempéries, il est parfaitement adapté à la vie au grand air. Il sera donc très heureux si vous possédez un jardin. Mais il s’adapte aussi parfaitement à la vie en appartement, à condition d’avoir à sa disposition suffisamment de sources de stimulation.

L’ami des enfants

Par son calme, sa douceur, mais aussi son côté joueur, le British Shorthair est le compagnon idéal des enfants. Rappelons tout de même que la cohabitation entre les animaux et les enfants ne se passe bien que sous certaines conditions. Il est indispensable d’apprendre à l’enfant à connaître et à respecter l’animal.

S’il a l’habitude de côtoyer des chiens, il est nécessaire de lui expliquer que les deux espèces ont des comportements très différents. L’enfant doit apprendre à laisser le chat tranquille lorsqu’il dort, mange ou fait sa toilette, et à ne jamais le poursuivre. Il faut également lui montrer la bonne façon de caresser un chat, et le dissuader de porter l’animal s’il n’est pas en capacité de le faire correctement. Montrez-lui aussi comment jouer avec un félin en utilisant des objets montés sur des tiges ou des ficelles, afin de tenir ses petites mains à l’abri des coups de griffes !

Il est enfin particulièrement important d’enseigner à l’enfant le langage corporel du chat, afin qu’il soit capable de reconnaître les signes de peur ou d’agacement. Les premiers contacts entre le félin et le petit humain doivent, en outre, se faire impérativement sous la surveillance attentive d’un adulte. En suivant bien ces conseils de base, le British Shorthair et le jeune enfant seront les meilleurs amis du monde !

La santé du British Shorthair

Grâce à ses origines anciennes, le British Shorthair est un chat à la santé robuste. Comme tous ses congénères, il peut tout de même être touché par les maladies fréquentes chez le chat, telles que le coryza. Sa morphologie massive peut lui occasionner des problèmes articulaires.

En raison des croisements effectués au milieu du XIXe siècle avec le Persan, le British Shorthair a hérité de celui-ci une prédisposition à certaines maladies génétiques. Citons notamment la polykystose rénale, ou PKD, qui se manifeste par la présence de kystes provoquant une insuffisance rénale.

La cardiomyopathie hypertrophique (CMH) est, quant à elle, une affection cardiaque. La prédisposition à ces deux maladies est heureusement détectable par un test génétique. Tous les reproducteurs doivent être testés afin d’obtenir des lignées saines. Ces maladies peuvent toutefois apparaître chez des individus issus de parents à priori non-porteurs des gènes de prédisposition.

Prendre soin de son chaton British

Nous l’avons vu, le British Shorthair est un chat particulièrement facile à vivre. Cependant, il a quand même besoin que vous lui accordiez des soins et de l’attention. Cela permet d’assurer son bien-être et la qualité de la relation avec les membres de la famille. Il est bien sûr nécessaire de préserver sa santé physique en le protégeant des maladies, en lui offrant une alimentation adaptée, et en le toilettant.

Mais il est tout aussi important de prendre soin de son équilibre psychologique. Pour cela, il a besoin de conditions de vie adaptées, et surtout de beaucoup d’amour !

Les vaccins pour éviter les maladies

Afin de préserver la santé de votre chat British, il est fortement recommandé d’effectuer les vaccinations les plus courantes pour les chats domestiques. Ces vaccins permettent d’éviter totalement certaines maladies, et de réduire le risque pour certaines autres. On recommande généralement de faire vacciner les chatons contre le coryza ou rhume du chat, le typhus et la leucose féline.

Le vaccin contre la rage est également toujours préconisé, afin d’éviter une réapparition de la maladie en France. Si vous adoptez un chaton auprès d’un éleveur sérieux, il aura déjà reçu les premières injections de ces vaccins. Vous devrez ensuite vous rendre chez le vétérinaire pour effectuer des rappels. La fréquence de ces rappels varie en fonction de la maladie concernée. Il est généralement possible de demander à votre vétérinaire de vous prévenir par courrier ou SMS lorsque vous devez effectuer l’un de ces rappels.

Précisons qu’aucun vaccin n’est obligatoire sur le territoire français. En revanche, si vous souhaitez faire traverser une frontière à votre British Shorthair, des certificats de vaccination vous seront demandés.

L’importance de la prévention

Autre conseil : assurez votre chat le plus tôt possible pour réaliser des économies sur les rappels de vaccins et éviter des mauvaises surprises en cas de problème de santé soudain !

Il est également indispensable de traiter votre chat contre les parasites intestinaux. Le British Shorthair ayant tendance à jouer facilement avec les enfants, il est particulièrement important de le vermifuger. En effet, certains parasites sont transmissibles à l’homme. Le traitement doit être administré trimestriellement pour les animaux qui sortent de la maison. Si ce n’est pas le cas de votre chat, un traitement annuel est suffisant.

Dans certaines régions, on observe une recrudescence de la présence de tiques porteuses des bactéries responsables de la borréliose, plus connue sous le nom de maladie de Lyme. C’est le cas notamment des régions de l’Est de la France. Même si cette maladie est assez rare chez le chat, il est souhaitable d’éviter au maximum qu’il rapporte des tiques à l’intérieur de votre habitation.

En effet, une fois détachées de l’animal, elle pourraient venir se fixer sur l’un des membres de la famille. Examinez donc bien le pelage de votre chat le plus souvent possible en été, période pendant laquelle les tiques prolifèrent. Vous pouvez également utiliser des colliers ou pipettes antiparasitaires, donc l’efficacité n’est malheureusement pas totale.

L’alimentation

Comme pour les humains, la bonne santé de votre chat passe par une alimentation saine et équilibrée, adaptée à ses besoins. Privilégiez les croquettes ou pâtées pour chat de qualité premium ou super-premium. De tels produits sont, en effet, plus riches en protéines animales de qualité et en bonnes graisses. Ils contiennent aussi moins de céréales, et donc moins de sucre.

Le British Shorthair accepte très bien la nourriture cuisinée directement pour lui par ses maîtres. Si vous optez pour ce type d’alimentation, renseignez-vous bien sur les besoins nutritionnels de votre chat en fonction de son âge et de son mode de vie. Vous devrez impérativement supplémenter sa nourriture, notamment en acides aminés indispensables à sa santé.

Le toilettage

Comme son nom l’indique, le British Shorthair est un chat à poils courts, contrairement à son frère le British Longhair. Son pelage dense et touffu est donc bien plus facile d’entretien. En dehors des périodes de mue, un bon brossage hebdomadaire doit suffire à préserver la douceur et le brillant de sa robe.

Lors des changements de saison, il faut procéder à un brossage quotidien, en veillant à enlever un maximum de poil mort. Cela évite au chat d’en avaler de trop grandes quantités lors de sa toilette, et limite par conséquent la formation de boules de poils dans son estomac.

Vérifiez régulièrement la longueur des griffes de votre chat British. Si elles sont trop longues, vous pouvez les épointer. Utilisez pour cela une pince prévue à cet effet, et soyez particulièrement attentif afin de ne pas blesser l’animal.

L’aménagement de l’espace de vie

Pour se reposer, votre British Shorthair doit disposer d’un coussin confortable. Sa litière doit être adaptée à sa taille, et située autant que possible à l’abri des regards. Cela assure l’intimité du chat, et votre confort visuel ! Attention à placer la litière loin du coin repas. Celui-ci doit également se situer dans un endroit où l’animal ne sera pas dérangé pendant qu’il mange.

Si vous avez plusieurs chats, il est fortement recommandé de réserver chaque gamelle à un seul animal, et éventuellement de ne pas les servir en même temps. Cela évite les comportements de concurrence alimentaire qui peuvent amener certains individus à trop manger, et ce, au détriment des autres.

L’activité physique

Si votre chat a accès à un jardin, cela lui permettra de se dépenser et d’entretenir sa force et sa souplesse. Si ce n’est pas le cas, ou pendant les périodes où il sort moins, il devra trouver à l’intérieur des moyens de bouger suffisamment.

L’arbre à chat est un must have pour tous les propriétaires de félins ! En effet, cet accessoire propose de multiples fonctions intéressantes. Il permet au chat de faire ses griffes, ce qui est indispensable, puisqu’elles poussent en permanence. Il sert également à grimper et à sauter. L’arbre à chat peut cependant être utilisé de manière bien plus calme.

En effet, il offre des plateformes en hauteur sur lesquelles le chat peut se réfugier pour se reposer. Même si le British Shorthair est calme, il a conservé un instinct de chasseur. Comme ses congénères, il aime se poster en hauteur afin d’observer son environnement.

Le jeu

Le British Shorthair, comme tous les chats, a besoin de jouer pour entretenir sa vivacité intellectuelle ! Proposez-lui donc des jeux qui stimulent sa curiosité et sa réflexion. Il existe notamment de nombreux jouets qui permettent au chat de s’amuser en cherchant des friandises difficiles à atteindre. Et n’oubliez pas que votre compagnon à quatre pattes a aussi besoin de jouer avec vous ! Les jeux de type canne à pêche vous garantiront des heures d’amusement partagé.

Adopter un British Shorthair

Ça y est, vous êtes tombé amoureux du British Shorthair ? Le moment est alors peut-être venu d’en adopter un ! Afin de réaliser cette adoption dans les meilleures conditions possibles, il est nécessaire de suivre quelques conseils simples.

Les questions à se poser avant d’adopter un chat British

Avant l’adoption d’un chat, il est nécessaire de prendre conscience du fait qu’il va partager votre vie durant parfois presque vingt ans ! Mieux vaut donc être sûr de son choix, afin de pouvoir assurer le bien-être de l’animal durant toutes ces années.

Même si le British Shorthair est un chat assez indépendant, il a besoin d’attention et d’amour comme tous ses congénères. Il est donc préférable de ne pas en adopter un si vous sous absentez du domicile fréquemment ou pour de longues périodes. Si vous êtes déjà l’heureux propriétaire d’animaux de compagnie, vérifiez que leur caractère est compatible avec celui du British Shorthair.

En effet, même si celui-ci est très adaptable et facile à vivre, il a besoin de calme. Il pourrait notamment être mal à l’aise en présence de congénères très remuants tels que le Savannah ou le Bengal. Si vous choisissez tout de même de faire cohabiter des animaux au caractère opposé, vous devrez vous assurer que le British Shorthair pourra avoir accès à une pièce qui lui sera réservée. Il pourra ainsi se réfugier à l’abri de l’agitation !

Comment choisir le bon élevage ?

Partout en France, il existe une multitude d’élevages de chats, et il n’est pas toujours simple de savoir comment choisir le bon ! Pour une garantie de sérieux, privilégiez les chatteries répertoriées par les clubs de race British Shorthair.

Les animaux doivent disposer d’un espace agréable, propre et suffisamment grand pour qu’ils puissent interagir, mais aussi s’isoler lorsqu’ils le souhaitent. En vous rendant sur place, vous pourrez constater de visu les conditions de vie des reproducteurs et des chatons, et vous entretenir avec l’éleveur. Celui-ci ne doit pas proposer à l’adoption des chatons de moins de trois mois.

En effet, c’est le temps nécessaire pour que la mère puisse assurer leur socialisation. L’éleveur devra être capable de vous fournir le pedigree des chatons, et le justificatif des résultats négatifs aux tests génétiques pour les maladies les plus fréquentes.

Quel est le prix d’un chaton British Shorthair ?

Dans la majorité des élevages, les chatons British Shorthair destinés à la compagnie uniquement sont proposés à des prix allant de 900 à 1 200 Euros.

Pour des chats destinés à la reproduction, ou issus de parents ayant remporté des concours de beauté, les prix peuvent s’envoler bien plus haut ! Cela peut paraître cher, mais il est nécessaire de prendre en compte le travail de l’éleveur. Celui-ci doit avoir une connaissance approfondie de la race, afin d’effectuer les bons croisements.

C’est de cette façon qu’il peut obtenir des chatons parfaitement conformes au standard de la race. Dans le cas du British Shorthair, de nombreux éleveurs continuent en outre à travailler la race afin de développer des nouvelles robes.

Catégories 🐈

Suivez-nous ! 😻

Soyez les premiers à lire nos articles !

À propos 💬

Vous souhaitez en savoir plus sur Le Monde des Chats et son projet ?

Découvrir

Rechercher 🔎

À lire absolument... 📢