Korat : tout savoir sur ce superbe félin aux yeux verts intenses

9 octobre 2020 -

Trouvez une assurance chat à petit prix...

Pour garder votre chat en bonne santé toute l'année, sans vous ruiner !

chat de race korat

Connaissez-vous le Korat ? Ce magnifique chat bleu aux yeux verts est encore rare en France. Si vous avez la chance d’en croiser un, vous le prendrez peut-être pour un Chartreux ou un Bleu russe ! Pourtant, le Korat est une race de chat bien à part, connue en Thaïlande depuis des siècles sous le nom de Si-Sawat. La culture thaï lui attribue des vertus porte-bonheur. Ce qui est sûr, c’est que le Korat apporte amour et joie dans les foyers. Très affectueux et proche de son maître, il est toujours partant pour un moment de jeu !

Carte d’identité du Korat

Autre nom : Si-Sawat
Poil : court à mi-long
Taille : moyen
Robe : bleu argenté solide
Origine : Thaïlande
Prix moyen : 1 300-1 500 €

Grands yeux verts (jaune ambré accepté jusqu’à 2 ans). Chat d’intérieur. Très calme, n’aime pas le bruit. Doux et câlin. Compagnon idéal pour des personnes âgées.

Historique de la race

Le Korat, originaire de Thaïlande, fait partie des plus anciennes races de chat. Les premières descriptions de ce chat remontent à plusieurs siècles.

Le chat porte-bonheur de Thaïlande

Le Korat est sans doute apparu dans la première moitié du deuxième millénaire après Jésus-Christ, dans la province thaï de Khorat, aujourd’hui appelée province de Nakhon Ratchasima. On trouve mention d’un chat gris argenté aux yeux verts dans le Tamra Maeo, un recueil de poèmes thaï écrit entre 1350 et 1767 et décrivant 17 races de chats.

Ce chat, nommé Si-Sawat en thaï, est décrit de cette façon dans l’ouvrage :
« Son poil est doux, aux racines de nuages et aux extrémités d’argent […]. Ses yeux brillent comme la rosée sur la feuille de lotus. » Le Tamra Maeo distingue certaines races comme chats porte-bonheur ; le Si-Sawat en fait partie.

Le nom Korat aurait été donné au Si-Sawat par le roi Rama V, dans la deuxième moitié du XIXe siècle. Admirant la beauté de ce chat, il aurait demandé d’où il venait, et baptisé du nom de sa province d’origine.

Une race ancienne reconnue tardivement

On ne sait pas exactement quand le Korat est arrivé en Europe. Des chats asiatiques étaient présents dans les expositions félines en Grande-Bretagne à la fin du XIXe siècle. En 1882, un chat décrit comme un Siamois bleu fut particulièrement admiré. Il s’agissait peut-être d’un Korat.

Ce dont on est sûr, c’est qu’un couple de Korat fut importé de Thaïlande aux États-Unis en 1959 par la chatterie Cedar Glen. Ces deux chats, prénommés Dara et Nara, furent croisés avec des Siamois, et les chatons bleus issus de ces unions furent utilisés pour développer la race sur le continent américain. La race fut reconnue aux États-Unis en 1965, et le premier club de race fut formé la même année.

En 1972, les premiers Korat furent importés en Grande-Bretagne, mais il fallut attendre encore une dizaine d’années pour que la race soit autorisée en championnat. En France, le Korat est présent depuis la fin des années 1970, mais la race n’a jamais rencontré le succès qu’elle connaît dans les pays anglo-saxons et scandinaves ou en Allemagne.

Le Korat, chat de race naturelle

Le Korat appartient au club très fermé des races anciennes dites naturelles. Cela signifie qu’il n’est pas le résultat d’un programme d’élevage, mais que la race s’est créée sans intervention humaine. La plupart des races que nous connaissons aujourd’hui sont le fruit d’une sélection génétique rigoureuse effectuée par les éleveurs. Dès le milieu du XIXe siècle, les Anglais ont commencé à croiser des chats présentant certaines caractéristiques physiques, afin de renforcer ces particularités et de les fixer chez leurs descendants.

Dans le cas des races naturelles, ce processus s’est opéré sans que l’humain intervienne. Des chats appartenant à des groupes isolés, par exemple sur une île ou dans une région difficilement accessible, se sont reproduits entre eux. Cela a progressivement renforcé les caractéristiques dominantes de ces animaux, aboutissant à une apparence distincte de celle des autres chats.
Parmi les races naturelles, outre le Korat, on peut citer l’Abyssin, le Norvégien, ou encore le Turc de Van.

Caractéristiques physiques du Korat

Le Korat fait partie des chats dits bleus, aux côtés du Chartreux, du Bleu russe et du British shorthair bleu. Il est reconnaissable par sa tête en forme de cœur et par ses grands yeux d’un vert intense.

La tête

Le Korat se distingue sa tête constituée de courbes douces, en forme de cœur sans pointe lorsqu’on la regarde de face. La partie supérieure de ce cœur est formée par des arcades sourcilières proéminentes, tandis que sa base correspond au museau. Vu de profil, le Korat a un grand front plat, séparé du nez par un stop discret. Le museau est court, et sa forme n’est ni carrée ni pointue. La truffe du Korat est renflée, rappelant celle d’un lion.

Les yeux

Les yeux du Korat semblent immenses par rapport à sa tête, et sont bien écartés. De forme arrondie lorsqu’ils sont bien ouverts, ils montrent l’inclinaison typique des chats orientaux lorsqu’ils sont mi-clos. Chez l’adulte, la seule teinte acceptée est un vert particulièrement intense. Cette couleur n’est pas toujours présente chez les chatons, qui peuvent présenter des yeux de couleur jaune ambre. La teinte verte caractéristique apparaît ensuite progressivement, et doit être fixée avant l’âge de deux ans.

Les oreilles

Le Korat arbore fièrement de grandes oreilles à la base bien ouverte, placées très haut sur la tête. Leur extrémité est arrondie. Sur la face extérieure, on trouve une très fine fourrure, tandis que la face interne est recouverte de poils clairsemés.

Le corps

Le Korat possède un corps puissant à la musculature imposante, mais qui conserve néanmoins une certaine légèreté. Les hanches et la croupe sont arrondies, et le poitrail est bien ouvert. Le cou, ni trop court ni trop long, est fort et musclé. Le Korat est un chat de petite taille : les mâles dépassent rarement les cinq kilos, tandis que le poids des femelles se situe entre deux et quatre kilos.

Les pattes

Les pattes du Korat, de taille moyenne, présentent une musculature très développée sur une ossature moyenne. Elles se terminent par des pieds de forme ovale.

La queue

Le Korat porte une queue de taille moyenne. Épaisse à la base, elle va ensuite en s’affinant et se termine par un bout arrondi.

Les poils

La fourrure du Korat possède la particularité de ne pas comporter de sous-poil. Assez courte, elle est bien couchée sur le corps, sauf au niveau de l’épine dorsale dont les poils se redressent légèrement lorsque le chat se déplace. L’aspect satiné et lustré du pelage participe à la beauté de ce chat.

La robe et le patron

Le standard de la race n’admet qu’une seule couleur, le bleu. Rappelons qu’un chat dit « bleu » est en fait gris, mais nos fiers félins ne veulent pas avoir la même couleur qu’une souris ! Chaque poil se termine par une extrémité argentée, créant des reflets lumineux particulièrement intenses dans les zones où le pelage est plus court. Il arrive qu’une portée comprenne un chaton non pas bleu, mais lilas, ce qui correspond à un gris-rose clair.

Certains de ces chats sont même point, c’est-à-dire que la couleur lilas n’apparaît qu’aux extrémités des pattes et de la queue, sur la face et sur les oreilles. Seul le Governing Council of the Cat Fancy (GCCF, le registre des races félines britannique) reconnaît ces chats sous le nom de « thaï lilas », « thaï bluepoint » et « thaï lilacpoint ». Les registres des autres pays, dont le LOOF, n’accordent pas de pedigree à ces individus.

Comportement et caractère du Korat

Les membres d’une même famille ont souvent des caractères très différents… Il en va de même pour les chats d’une race donnée ! Les programmes d’élevage ont tendance à sélectionner certains traits de caractère, qui se renforcent au cours des générations.

Toutefois, le comportement d’un chat ne dépend pas que de son héritage génétique, loin de là ! Dès ses premières semaines de vie, le chaton va développer son tempérament propre. Ensuite, son caractère sera progressivement façonné par son environnement et ses expériences de vie. Il peut donc y avoir plus de différences entre deux individus d’une même race qu’entre deux chats de races différentes !

Si vous êtes à la recherche d’une personnalité spécifique, mieux vaut demander conseil à un éleveur. Celui-ci saura vous orienter vers le chaton qui vous correspondra le mieux, en fonction du caractère de ses parents, mais également de son comportement propre.

Un chat attachant et câlin

La plupart des éleveurs décrivent le Korat comme un chat particulièrement attaché à son maître. Son comportement se rapproche de celui d’un chien : très dépendant de son humain, il le suit partout, et peut même se montrer très pot de colle. Ce comportement présente de bons côtés : avoir un Korat, c’est la garantie de ne jamais se sentir seul !

Votre adorable boule de poils sera toujours partante pour un câlin. En contrepartie, vous devrez lui offrir beaucoup d’attention et de présence. Le Korat supporte généralement mal la solitude. Si vous êtes absent toute la journée, il aura besoin d’un autre chat ou d’un chien pour lui tenir compagnie.

D’une grande intelligence, le Korat est par ailleurs un chat gai et joueur, qui apprendra facilement des tours. Sa douceur, son caractère tendre et son besoin de présence font du Korat un compagnon idéal pour une personne âgée. S’il n’a pas été habitué à sortir dans ses premiers mois de vie, il accepte parfaitement la vie en appartement. Il ne montrera sans doute jamais aucune velléité de fugue !

Une forte personnalité

Notre adorable félin apprécie tout particulièrement le calme. Confronté à la foule ou au bruit, il montrera rapidement des signes de stress. Le Korat est d’ailleurs une race compliquée à présenter lors des concours félins. Afin d’éviter que votre compagnon ne sursaute au moindre bruit dans la maison, les éleveurs habituent très tôt les chatons à supporter le bruit de l’aspirateur ou de la machine à laver.

Nous avons déjà dit que le Korat a tendance à suivre son maître partout. Mais il peut également se montrer très exigeant ! S’il veut obtenir quelque chose, il vous le fera savoir en miaulant d’une voix particulièrement forte et insistante. Même s’il apprécie un compagnon pour ne pas se sentir seul en votre absence, le Korat n’accepte pas n’importe qui chez lui !

Les chatons s’habitueront assez facilement à la présence d’un autre chat adulte, tandis que les adultes adopteront volontiers un chaton. En revanche, débuter une cohabitation entre votre Korat adulte et un autre chat sorti de l’enfance peut s’avérer compliqué.

Dans la plupart des cas, le chat bleu s’imposera comme dominant. Alors que le chat est normalement un animal territorial, le Korat développe en effet avec ses congénères des relations hiérarchiques. Mieux vaut donc choisir comme deuxième chat un animal sociable au caractère facile.

La santé du Korat

Le Korat est un chat qui peut vivre longtemps si vous en prenez bien soin. Son espérance de vie moyenne se situe autour des 15 ans, et certains individus dépassent les 20 ans.

S’il est toujours important de respecter le calendrier vaccinal d’un chat, c’est encore plus vrai pour le Korat. En effet, celui-ci est particulièrement sensible aux affections respiratoires. Son absence de sous-poil le rend frileux, et il prend facilement froid. Votre Korat doit également être vermifugé deux fois par an au minimum, même s’il reste en permanence à l’intérieur (tous les trimestres s’il a accès à l’extérieur).

La race est touchée par une maladie génétique, la gangliosidose. Les premiers symptômes de cette pathologie neuromusculaire apparaissent dès l’âge de trois ou quatre mois. Le chaton commence par montrer des tremblements de la tête. Très rapidement, il souffre de problèmes de coordination, puis devient incapable de se déplacer. L’atteinte neurologique se généralise, et le chat meurt avant d’atteindre l’âge de huit mois. Pour qu’un chaton soit atteint, il faut que ses deux parents soient porteurs de la mutation responsable de la gangliosidose.

Cette maladie est fort heureusement en recul constant. En effet, depuis la fin des années 1990, des tests permettent d’identifier les chats porteurs de l’anomalie. Les éleveurs évitent ainsi d’utiliser ces animaux comme reproducteurs, et la mutation disparaît peu à peu des lignées.

Prendre soin de son Si-Sawat

Le Korat est un chat très attaché à son maître, qui demande beaucoup d’attention. Il a donc besoin avant tout de présence et d’amour. Par ailleurs, c’est un chat facile à entretenir, qui s’adapte très bien à la vie en appartement.

L’alimentation

La règle pour un Korat en pleine forme est la même que pour toutes les autres races : misez sur une alimentation de qualité ! Oubliez les croquettes premier prix de supermarché, et offrez à votre compagnon des croquettes et pâtées premium que vous trouverez, par exemple, sur des sites spécialisés pour chats.

Le jeu

Si le Korat aime les câlins, il adore aussi jouer ! Cela lui permet de renforcer ses liens avec vous, tout en maintenant intact son instinct de chasseur. N’hésitez pas à essayer plusieurs types de jouets différents, afin de voir ceux qui plaisent le plus à votre chat. Jouets en plumes, en fourrure, imitations d’oiseaux, de souris, d’insectes… Il y en a pour tous les goûts !

Afin d’inciter votre Korat à bouger, vous pouvez utiliser un pointeur laser. Votre chat bondira en tous sens pour tenter de capturer le petit point rouge ! Si ce jeu est hilarant pour les humains, il ne doit toutefois pas durer trop longtemps afin de ne pas trop énerver le chat.

Le Korat est souvent comparé à un chien : vous pourrez par exemple lui apprendre à ramener une balle. Sa grande intelligence lui permet d’apprendre facilement des tours. Pour l’encourager, pratiquez l’éducation positive, en utilisant de petites friandises naturelles pour le récompenser.

L’entretien de la fourrure

Le Korat est l’une des seules races de chats à ne pas présenter de sous-poil. Il ne mue pas, et perd très peu de poils. Toutefois, vous pouvez tout de même le brosser une ou deux fois par semaine. Cela permettra de stimuler la circulation sanguine, participant ainsi à la beauté du pelage. De plus, le brossage est un moment tendre et complice toujours très apprécié par le chat. Vous pouvez également masser votre Korat : cela le fera fondre de bonheur !

La structure particulière du pelage (absence de sous-poil et poils bien plaqués sur le corps) fait que le Korat se salit très peu. Par ailleurs, comme il ne perd presque pas de poils, il disperse peu les allergènes qu’il dépose à leur surface en se léchant. Cela en fait un chat généralement bien toléré par les personnes allergiques.

L’exploration

Même si le Korat est souvent considéré comme étant un chat d’appartement, cela ne l’empêche pas d’avoir besoin d’explorer son environnement. Pour cela, le plus simple est de lui offrir un arbre à chat. Cette structure lui permettra de grimper, de se cacher, de sauter, et d’observer les alentours, perché sur une plateforme. Suivant les modèles, il disposera de différents accessoires : cachettes, cordes, jouets suspendus… De quoi lui donner l’impression d’être dans la jungle !

Vous pouvez également lui proposer un tunnel pour chat, ou même un parcours suspendu le long des murs. Dans tous les cas, votre chat appréciera de pouvoir se déplacer en hauteur, en passant de meuble en meuble.

Le couchage

Après l’effort, le réconfort ! Le Korat tient beaucoup à sa tranquillité, et déteste le bruit. Votre chat devrait donc apprécier une maison fermée, dans laquelle il se sentira bien à l’abri, isolé de l’agitation du reste de la maison. Le Korat étant un chat plutôt petit, une niche de taille moyenne est suffisante pour assurer son confort. Si votre compagnon préfère pouvoir observer son environnement, offrez-lui un coussin confortable. Un chat passe 12 à 16 heures à dormir chaque jour : il est donc indispensable qu’il soit bien installé !

Adopter un Korat

Vous avez envie de partager votre vie avec un Korat et d’adopter ce beau chat aux yeux verts ? Vous allez sans doute devoir faire preuve de patience et de détermination ! En effet, il existe moins d’une dizaine d’élevages dans toute la France. En raison de la rareté du Korat, son prix est un peu plus élevé que pour d’autres races de chat. Pour un chaton né en France, le prix moyen est d’environ 1 400 €. Si vous décidez de faire venir un Korat directement de Thaïlande, attendez-vous à devoir débourser plusieurs milliers d’euros. C’est un prix assez dissuasif, même pour un chat porte-bonheur censé apporter la prospérité !

Même si vous adoptez un Korat en France, il n’aura pas forcément un pedigree LOOF. Certains éleveurs importent en effet des reproducteurs de Thaïlande, afin de poursuivre le développement de la race en France. Les chatons des trois premières générations issues de ces chats étrangers n’ont pas de pedigree LOOF, mais un pedigree TIMBA, du nom du registre thaïlandais des races anciennes.

Nous comprenons l’envie de partager sa vie avec un superbe félin de race, mais n’oublions pas que de nombreux chats, tout aussi mignons, vous attendent dans les associations félines.

Catégories 🐈

Suivez-nous ! 😻

Soyez les premiers à lire nos articles !

À propos 💬

Vous souhaitez en savoir plus sur Le Monde des Chats et son projet ?

Découvrir

Rechercher 🔎

À lire absolument... 📢