Maladie du chat : quelles sont les maladies chez le chat ?

29 septembre 2019 -

Trouvez une assurance chat à petit prix...

Pour garder votre chat en bonne santé toute l'année, sans vous ruiner !

chat problème de santé

Tout comme nous autres humains, les chats ne sont pas épargnés par la maladie et peuvent souffrir de problèmes de santé dans leur vie de chat, parfois dès la naissance. La maladie du chat peut être bénigne et facilement curable, mais parfois, celle-ci peut nécessiter une intervention de votre vétérinaire et un traitement adéquat pour préserver la santé de votre félin.

Afin de prévenir d’éventuelles maladies et d’agir en conséquence si elles se manifestent, découvrez dans notre article les principaux virus, parasites ou problèmes de santé que votre chat peut rencontrer, et suivez nos conseils pour le garder en bonne forme.

Maladie du chat : description, symptômes et traitement

Les maladies du chat sont très nombreuses et il est délicat d’en faire une liste exhaustive. Vous trouverez donc, ci-dessous, les plus courantes ainsi que leurs caractéristiques.

1) Le coryza (ou « grippe du chat »)

Le coryza (rhinotrachéite virale féline ou grippe du chat) est une maladie qui peut être causée par deux virus : l’herpès virus félin et/ou le calicivirus félin et peut être compliqué par des bactéries telles que chlamydophila felis.

Cette maladie atteint les voies respiratoires et provoque des éternuements, des écoulements oculaires et parfois de la fatigue et/ou de la fièvre. C’est une maladie très contagieuse. (voir l’article complet sur le coryza)

En fonction des symptômes, votre chat pourra recevoir entre autres des antibiotiques, mais le meilleur traitement reste la prévention, c’est-à-dire la vaccination.

Symptômes :

  • Infection des voix respiratoires ;
  • Fatigue ;
  • Fièvre ;
  • Larmoiements (écoulement au niveau des yeux) ;
  • Éternuements.

2) La calicivirose

La calicivirose est une maladie due à un virus, qui est également l’un des 2 virus impliqués dans le coryza : le calicivirus. Il peut donc provoquer cette maladie, mais également de la fièvre ou des ulcères. Il se transmet très facilement par contact des sécrétions (nasales, orales ou oculaires) d’un chat porteur. Le traitement dépend de la souche du virus, et sera donc adapté par le vétérinaire.

Symptômes :

  • Fièvre ;
  • Ulcères.

3) Le diabète

Le chat, tout comme les humains ou d’autres animaux, peut également être victime de diabète sucré. Celui-ci est généralement une combinaison entre un diabète de type 2 et de type 3. Il est causé par une baisse de sécrétion d’insuline ou de maladies du pancréas (fibrose…) et les facteurs favorisants sont, comme chez l’homme, le surpoids, l’inactivité ou encore une alimentation trop riche en glucides.

Les symptômes chez le chat sont une prise de boisson et une émission d’urine augmentées (polyuro-polydypsie), une polyphagie, une perte de poids ou encore un pelage en mauvaise santé.

Même s’il n’existe, à l’heure actuelle, pas de remèdes contre le diabète (le chat ne pourra jamais être totalement guéri), un traitement à base d’insuline permet d’en réduire les symptômes. Le traitement sera à vie et consistera en des injections d’insuline matin et soir, et un régime alimentaire pauvre en glucides (idéalement sans glucide). L’espérance de vie d’un chat diabétique traité est généralement égale à celle d’un animal sain (non malade).

Comme toujours, la prévention reste la meilleure option : faire attention à nourrir votre chat avec une alimentation de bonne qualité pauvre en glucides (votre vétérinaire pourra vous aider à déchiffrer l’étiquette de ses croquettes) et d’éviter tout surpoids.

Une autre catégorie de diabète, plus rare, est le diabète insipide. Il se manifeste par une soif abondante et des urines fréquentes. Il est causé par un dysfonctionnement de l’hypophyse.

Symptômes :

  • Déshydratation accélérée ;
  • Perte de poids ;
  • Pelage en mauvaise santé (perte de poils) ;
  • Soif abondante ;
  • Urines fréquentes.

4) La gale auriculaire (ou otite auriculaire)

La gale auriculaire (appelée également otite auriculaire) est une maladie transmise par un acarien microscopique (appelé Otodectes Cynotis). Cet acarien va se nourrir et se reproduire dans les conduits auditifs de l’animal. Le principal symptôme est la démangeaison de l’oreille : le chat va se gratter l’oreille, parfois violemment, pouvant entraîner des lésions cutanées.

Vous pourrez également apercevoir du cérumen marron foncé, voire noir, dans ses oreilles. Cette maladie est très contagieuse et il suffit d’un contact avec un autre animal pour qu’il soit également infecté. Le traitement est relativement simple, car il consiste simplement à l’utilisation de produits acaricides pour tuer les acariens.

Symptômes :

  • Fortes démangeaisons de l’oreille ;
  • Cérumen de couleur foncée (marron, noir).

5) L’insuffisance rénale

L’insuffisance rénale est une autre maladie fréquente chez le chat, provoquée par un dysfonctionnement du rein qui évacue mal les déchets et toxines et va entraîner, entre autres, de la fatigue, une prise de boisson et une émission d’urines augmentées, une perte d’appétit et de l’amaigrissement.

Elle peut être aiguë, si elle est due à un dysfonctionnement temporaire du rein (et touche les chats de tout âge) ou chronique, si elle est due à une destruction irréversible du rein (les chats âgés seront davantage touchés).

Pour l’insuffisance aiguë, le traitement dépend de la cause de cette insuffisance et il en existe donc une multitude, mais il consiste généralement en des perfusions pour éliminer les toxines dans le sang. Pour l’insuffisance chronique, il faudra fournir à votre chat une alimentation adaptée, prescrite par votre vétérinaire, et bien surveiller différents points avec lui (hypertension artérielle, infection urinaire, présence de protéines dans les urines….)

Symptômes :

  • Perte d’appétit ;
  • Mauvaise haleine ;
  • Vomissements ;
  • Diarrhée ;
  • Urines fréquentes ;
  • Prise de boisson augmentée ;
  • Amaigrissement.

6) Le typhus

Le typhus est une maladie virale, causée par le parvovirus. Elle se soigne difficilement et est bien souvent mortelle. Elle se manifeste notamment par des vomissements, des diarrhées et une déshydratation importante. Le virus attaque la moelle osseuse de l’animal et son système digestif, d’où ces symptômes. Le traitement étant très aléatoire, la meilleure prévention reste la vaccination.

Symptômes :

  • Diarrhée profuse parfois hémorragique ;
  • Vomissements ;
  • Déshydratation ;
  • Abattement ;
  • Hyperthermie ;
  • Prise de boisson augmentée (pas constant).

7) La cystite

Les cystites, inflammations de la vessie, peuvent avoir des causes multiples : la principale est le stress (on parle de cystite émotionnelle), puis les cristaux urinaires (parfois des calculs), les infections bactériennes et, plus rarement, les tumeurs. Elles se manifestent par des difficultés à uriner, de la malpropreté urinaire et/ou une présence de sang dans les urines. Le traitement de la cystite dépend de son origine et peut donc être proposé sous forme d’antibiotiques ou encore d’une opération chirurgicale.

Symptômes :

  • Difficultés à uriner ;
  • Malpropreté urinaire ;
  • Sang dans les urines.

8) Le FeLV (ou leucose féline)

La leucose féline est une maladie virale très contagieuse. Elle se transmet par les fluides corporels entre chats. Un chat sera atteint toute sa vie (et donc en contaminer d’autres) sans que des symptômes clairs n’aient été perçus. C’est surtout lorsque la maladie se déclare que des symptômes vont apparaître : perte de poids, système immunitaire affaibli, etc.

Cette maladie est mortelle et les traitements auront pour objectif d’apporter le meilleur confort de vie à votre chat. En effet, il n’existe à ce jour pas de remède contre le FeLV. La meilleure protection reste la vaccination.

Symptômes :

  • Fièvre ;
  • Abattement ;
  • Perte de poids ;
  • Adénomégalie.

9) Le FIV (ou sida du chat)

Le sida du chat (ou FIV) est une maladie relativement proche de son équivalent humain (le VIH). Il se transmet par la salive, le sang ou les sécrétions sexuelles. Ce rétrovirus va s’attaquer aux défenses immunitaires de l’animal, le rendant beaucoup plus sensibles aux autres maladies, et donc à leurs symptômes respectifs. D’autres symptômes apparaîtront après contamination : perte de poids, maladies intercurrentes.

C’est une maladie incurable à l’heure actuelle, mais votre chat sera traité en fonction des maladies intercurrentes qui risque de développer. La meilleure prévention est la stérilisation afin de limiter reproduction et bagarres.

Symptômes (ils sont fonction de la phase de l’infection) :

  • Hyperthermie ;
  • Abattement ;
  • Amaigrissement ;
  • Stomatite ;
  • Anorexie ;
  • Vomissements ;
  • Pneumonie.

10) La Péritonite Infectieuse Féline

La Péritonite Infectieuse Féline (ou PIF) est une maladie qui atteint surtout les jeunes chatons (elle est la première cause de mortalité de ces derniers). C’est une maladie virale qui peut se transmettre entre chats, et notamment être transmise par la mère. Les symptômes dépendent de la forme que va prendre la maladie. La maladie peut se manifester par des difficultés à trouver ses repères, des crises de convulsions, des difficultés respiratoires, ou encore des diarrhées et vomissements. Il n’existe ni traitement pour guérir cette maladie, ni vaccin. Elle est systématiquement mortelle.

Symptômes :

  • Hyperthermie ;
  • Abattement ;
  • Crises de convulsions ;
  • Difficultés à se repérer ;
  • Difficultés respiratoires ;
  • Diarrhées ;
  • Vomissements ;
  • Épanchements (abdominal ou pleural).

11) La rage

La rage est une maladie rare (surtout en France) et virale. Le moyen de transmission de cette maladie se fait le plus souvent par la salive, suite à une morsure de la part d’un autre animal infecté (chat, chien, renard, etc.). Il en existe deux formes : la première entraînera une paralysie des muscles de la mâchoire et une hypersalivation. La seconde, moins courante rend l’animal plus agressif. Il s’agit d’une malade qui est systématiquement mortelle, il faut donc la prendre très au sérieux et la prévenir, notamment par la vaccination.

Symptômes :

  • Agressivité ;
  • Paralysie des muscles de la mâchoire ;
  • Hypersalivation.

Cette liste de maladies est évidemment non exhaustive et ne vaut pas l’expertise d’un professionnel, qui pourra donner un diagnostic plus fiable avec l’animal à disposition.

Autres risques de maladie du chat : les parasites

Au-delà des risques de démangeaisons après une piqûre de puce, les parasites peuvent causer bien des soucis à vos compagnons et être la cause de maladies sévères.

Les puces

Le parasite le plus fréquent qu’attrape un chat est la puce. Il s’agit d’un parasite externe, car il sévit sur le pelage de l’animal. Outre les démangeaisons que ces parasites provoquent, les puces peuvent aussi être porteuses de maladies (comme la bartonellose) et provoquer des complications, surtout chez les chats les plus vulnérables, mais, en général, cette maladie se soigne plutôt bien.

Les puces se multiplient surtout par temps chaud, sec et se transmettent par contact avec un animal ou un environnement infesté. Le traitement se présente sous différentes formes (spray, comprimés, pipettes, colliers, etc.), vous pourrez donc choisir le plus adapté à votre animal et à votre foyer.

Les tiques

Les tiques peuvent aussi transmettre de nombreuses maladies à nos compagnons à quatre pattes, comme la mycoplasmose (qui se manifeste notamment par un abattement, une diminution d’appétit), la maladie de Lyme (qui provoque fièvre et douleurs musculaires), l’ehrlichiose (qui se manifeste par des vomissements, de la fièvre et de la fatigue).

On peut, en général, soigner nos animaux lorsque ces maladies sont détectées à temps. Un traitement à base d’antibiotiques s’avérera souvent nécessaire. Les tiques, quant à elles, peuvent être éliminées à l’aide d’un produit antiparasitaire, semblable à celui utilisé contre les puces.

Les parasites internes

Les parasites internes que peut attraper un chat sont nombreux et une grande partie sont des zoonoses (c’est à dire qu’ils peuvent également contaminer l’être humain).

Parmi la grande liste de ces types de parasites, on peut citer les vers ronds (qui causent un gonflement de l’abdomen et des vomissements), les ankylostomes (qui vont causer un amaigrissement du chat et des saignements, des diarrhées, etc.) et les vers plats (et notamment le verre solitaire – ou tenia – dont les œufs peuvent être aperçus dans les selles de l’animal). Ils sont responsables de nombreuses maladies, souvent en se logeant dans un organe de l’animal.

Parmi ces maladies, nous pouvons citer la toxoplasmose féline (dans l’intestin) qui fatiguera le chat et l’ascaris (causée par un vers rond qui vit dans l’intestin) qui provoquera des vomissements et diarrhées. La meilleure manière d’éviter les parasites internes sur un chat est de le vermifuger régulièrement.

Comment prévenir la maladie du chat ?

La majorité des maladies félines peuvent être évitées simplement par prévention, en procédant à la vaccination de son animal. Le chat peut être vacciné à partir de la 8ème semaine de vie. Il faudra ensuite procéder à un rappel du vaccin 1 mois plus tard.

Pour certaines maladies, un troisième rappel peut également être nécessaire. Il est aussi recommandé de réaliser un rappel de vaccin tous les ans pour minimiser les risques. Bien évidemment, la meilleure solution reste d’en parler à votre vétérinaire qui sera la personne la plus avisée pour vous proposer les solutions les plus adaptées à votre chat.

De façon générale, il est également conseillé d’emmener son chat chez le vétérinaire tous les 6 à 12 mois, même s’il semble en pleine forme, tout simplement pour faire un bilan de santé. Comme pour les humains, ce délai doit être ajusté en fonction de l’âge du chat : un chat de plus de 8 ans est plus susceptible d’avoir des problèmes de santé qu’un jeune chat de 3 ou 4 ans.

Nourrir un chat malade

Pour nourrir un chat malade, il faut prendre en compte les symptômes qu’il présente. En effet, on ne nourrit pas de la même manière un chat ayant des lésions qu’un chat qui souffre de vomissements. S’il mange sa nourriture habituelle normalement, il n’y a rien de spécial à faire.

Si sa pathologie fait qu’il a du mal à mâcher, il faut privilégier la nourriture sous forme de pâtée, plus simple à manger pour lui. Attention cependant à faire attention à la liste des ingrédients : il vaut mieux lui donner une pâtée à faible teneur en sucre et sel, et à grande teneur en viande. Si besoin, votre vétérinaire pourra poser une sonde de réalimentation adaptée.

De manière générale, pour adopter les bons réflexes avec un chat malade, il convient de bien l’observer. Au moindre doute sur son état de santé (changement de comportement, par exemple), vous devez consulter un professionnel qui saura dresser un diagnostic fiable. Notez, malgré tout, que la prévention et les vaccinations sont le meilleur moyen de garder son chat en bonne santé. Encore une fois, n’hésitez pas en parler avec votre vétérinaire.

Nous espérons que cet article vous aura plu et apporter des éléments de réponse non négligeables sur le sujet des maladies. Ceci étant, rien ne remplacera jamais l’avis d’un vétérinaire et vous ne devez, en aucun cas, donner des médicaments au petit bonheur la chance à votre chat en espérant le soigner vous-même. Cela pourrait rendre la situation encore plus dramatique qu’elle ne l’est.

Catégories 🐈

Suivez-nous ! 😻

Soyez les premiers à lire nos articles !

À propos 💬

Vous souhaitez en savoir plus sur Le Monde des Chats et son projet ?

Découvrir

Rechercher 🔎

À lire absolument... 📢