Skip to content
Menu
Profile-de-Chat-5

Coryza chat : tout savoir sur la grippe (ou rhume) du chat

14 octobre 2019 -

Partagez l'article avec vos amis ! 🐈❤️

Votre chat tousse, éternue, a de la fièvre ou le nez qui coule ? Il est possible qu’il ait contracté le coryza, encore appelé « grippe ou rhume du chat ». Il s’agit d’une infection sévère et parfois mortelle pour le chaton ou chat adulte, c’est pourquoi il est important d’en connaitre les symptômes et de rapidement consulter un vétérinaire dès les prémisses de la maladie. Découvrez dans notre article les points essentiels à savoir sur le coryza : causes, symptômes, traitement et prévention.

Qu’est ce que le coryza ?

Communément appelé le rhume du chat, le coryza (ou rhinotrachéite virale féline) est une maladie infectieuse commune chez les félins. Fortement contagieuse, elle touche principalement les chats vivant en communauté, notamment dans des refuges ou chatteries. Cette maladie peut cependant affecter des chats et chatons vivant chez des particuliers, qu’ils soient vaccinés contre cette maladie ou non. Si le coryza n’est pas très vite soigné, il peut rapidement évoluer et devenir très dangereux pour l’animal atteint, voire mortel.

Comment se transmet le coryza ?

Le coryza est une infection très contagieuse qui se transmet le plus souvent par contact direct des sécrétions d’un chat infecté vers un chat sain. Un chat qui tousse ou un chat qui éternue peut très vite contaminer les autres félins aux alentours, car ses fluides contenant des agents pathogènes se propagent dans l’air ambiant. Cette maladie du chat peut aussi se transmettre indirectement par contamination de cages, accessoires ou par des normes d’hygiènes non respectées. Les voies de pénétration du virus sont au nombre de trois : voie orale, nasale et conjonctivale. Il faut aussi noter qu’un animal touché par la maladie peut devenir porteur du virus à vie et, ainsi, contaminer d’autres chats dans le futur.

Quelles sont les causes de la grippe du chat ?

L’apparition du coryza chez le chat peut être due au concours de plusieurs virus et bactéries. Toutefois, trois virus sont principalement mis en cause : l’herpèsvirus félin, le calicivirus et le réovirus. Chacun de ces virus provoque chez le chat ou le chaton contaminé des symptômes différents :

  • L’herpèsvirus félin : le principal agent infectieux de la maladie, provoque de la conjonctivite chez le chat, des infections du nez et des voies respiratoires.
  • Le calicivirus : responsable d’écoulement oculaires et nasaux, ce virus peut aussi provoquer de la fièvre, de l’abattement. Il peut également entraîner une hypersalivation et une perte d’appétit.
  • Le réovirus est quant à lui à l’origine de symptômes moins graves comme les larmoiements et conjonctivites.

Quels sont les symptômes du coryza ?

Selon l’âge et l’état de santé du chat, les symptômes de la maladie du chat commencent à apparaître après une période d’incubation de 2 à 5 jours. Ces symptômes peuvent être d’ordre respiratoires, oculaires, buccaux ou généraux :

  • Les symptômes respiratoires : votre chat tousse, éternue, et peu présenter des écoulements naseaux.
  • Les symptômes oculaires : on constate alors une forme de conjonctivite avec des écoulements au niveau des yeux. Dans le cadre d’un coryza chaton, la maladie peut parfois entraîner la cécité.
  • Les symptômes buccaux : ils se manifestent par des ulcères au niveau de la langue et des gencives. On constate aussi des gingivites et des inflammations des muqueuses de la bouche.
  • Les symptômes généraux : perte d’appétit, fièvre, abattement, etc…

Quelles sont les complications de la grippe du chat ?

Chez les chats atteints du coryza, les complications dues aux bactéries telles que les mycoplasmes, les chlamydias, sont souvent fréquentes. Elles peuvent avoir des conséquences très graves, notamment chez les chatons, les chats âgés, et les chats porteurs de maladies qui affaiblissent le système immunitaire telles que le FIV (sida du chat) ou de la leucose féline (FelV).

À un stade avancé, cette maladie du chat peut se revéler mortelle, notamment dans le cas du coryza chez le chaton. En effet, le système immunitaire du chaton étant moins développé que celui du chat adulte, ce dernier se trouve être plus exposé et moins résistant au rhume du chat.

En outre, lorsque votre chat est infecté, il est très difficile de se débarrasser du virus, car l’animal guéri peut tout de même rester porteur de la maladie à vie. Par conséquent, il est possible que votre chat fasse une rechute et qu’il réactive le virus, soit de façon naturelle, soit à cause d’un stress conséquent. On constate en effet que 40 à 50% des chats porteurs sains réactivent le virus suite à un événement stressant (hospitalisation, enfermement, mise bas, maltraitance…).

Comment soigner le coryza du chat ?

Résultant de l’association de plusieurs virus, il est difficile de traiter le coryza de manière directe. On le traite donc indirectement grâce à des traitements comme l’antibiothérapie et l’aérosolthérapie. L’objectif de ces traitements est d’aider le système immunitaire du chat infecté à combattre la maladie aussi efficacement que possible. Ainsi, les traitements employés pour soigner le rhume du chat permettent de combattre les surinfections bactériennes, de nettoyer les sécrétions afin de permettre au chat de voir et respirer correctement, de gérer la douleur et de favoriser l’appétit. Selon les cas, votre vétérinaire peut vous prescrire :

  • Des sérums antiviraux,
  • Des acides aminés pour stimuler l’immunité,
  • Des séances d’aérosolthérapie (des inhalations de 15 à 20 minutes, plusieurs fois par jour),
  • Des collyres ou des pommades oculaires contre la conjonctivite du chat,
  • Des anti-inflammatoires pour atténuer la fièvre ou la douleur,
  • Des nébulisations d’antibiotiques, de fluidifiants, de bronchodilatateurs qui, grâce à leurs effets internes, donnent de bons résultats,
  • Dans les cas les plus avancés de la maladie, engageant le pronostic vital du chat, une hospitalisation est indispensable afin de pouvoir mettre l’animal sous perfusion.

La prévention du rhume des chats

Fortement recommandée, la vaccination reste le meilleur moyen de prévention du coryza. Pour que le vaccin puisse agir de manière efficace, il est important de respecter le protocole de vaccination. Pour ce faire, vous devez faire chaque année demander à un vétérinaire de réaliser deux injections à votre chat, à un mois d’intervalle. Pour les chatons, la vaccination doit s’effectuer dès l’âge de 8 semaines pour être efficace.

La vaccination permet de réduire considérablement les risques de contamination de votre chat. Cependant, elle ne protège pas votre chaton contre toutes les souches du virus coryza. En effet, les vaccins disponibles actuellement agissent surtout sur les principaux virus responsables de la maladie qui sont le calicivirus, l’herpèsvirus et le réovirus. Il peut donc arriver que votre chat contracte le rhume du chat même une fois vacciné parce que la souche responsable n’a pas été reconnue par le vaccin.

Par ailleurs il faut noter que la vaccination contre le coryza du chat est obligatoire lorsque vous souhaitez garder votre chat en pension.

N’hésitez pas à demander plus de conseils à votre vétérinaire à l’occasion des vaccins, car le coryza du chat n’est pas une infection à prendre à la légère. Au contraire, il convient d’agir en conséquence en respectant des règles hygiéniques simples et en vaccinant votre chat, afin d’éviter tout risque de contamination.

Est-ce contagieux pour les humains et pour les autres animaux ?

Le coryza n’est absolument pas contagieux pour l’homme. Toutefois, l’homme peut transmettre la maladie par l’intermédiaire de vêtements ou de chaussures contaminés. Le coryza du chat n’est pas contagieux pour les autres animaux.

Combien de temps dure le coryza ?

L’évolution du virus du coryza dépend de l’agent pathogène responsable. Elle est variable, notamment selon la race du chat, de son état général, de son âge. Toutefois, on constate qu’en général, les symptômes peuvent se manifester entre une période de 5 à 14 jours, voire plus.

Les bons réflexes et les gestes à éviter

En adoptant les bons réflexes, vous pouvez limiter les risques de contagion de la maladie des chats et protéger votre félin au quotidien

Les bons réflexes à adopter :

  • Faire vacciner son chat en respectant le protocole de vaccination les prescrit par votre vétérinaire.
  • Surveiller l’hygiène de son chat.
  • Consulter un vétérinaire dès les premiers symptômes.
  • Évitez autant que possible d’exposer votre chat à l’environnement extérieur (hors de la maison).

Les gestes à ne pas faire :

  • Ne pas laisser évoluer la maladie en espérant que le chat guérisse tout seul.
  • Ne pas médicamenter soit même surtout lorsque la maladie se trouve à un stade élevé.
  • Ne pas traiter le chat avec des médicaments pour humain.
  • Ne pas laisser son chat, lorsqu’il est infecté, contaminé d’autres chats etc.

Partagez l'article avec vos amis ! 🐈❤️

Rechercher

Catégories

Soyez les premiers à lire nos articles ! 🐱

Donnez-nous votre avis sur cet article !

Laissez un commentaire





Voir tous les arbres à chat sur