Bengal : tout savoir sur le chat-léopard domestiqué et très dynamique

16 janvier 2020 -

Trouvez une assurance chat à petit prix...

Pour garder votre chat en bonne santé toute l'année, sans vous ruiner !

Bengal

Vous rêvez d’un petit fauve dans votre maison ? Le Bengal est fait pour vous ! Issu du croisement d’un chat domestique et du chat-léopard du Bengale, il a gardé l’aspect sauvage de son ancêtre. Visuellement, ce chat tigré a tout d’un léopard miniature ! N’ayez aucune inquiétude, c’est un fauve parfaitement apprivoisé, qui sait se montrer doux et câlin dans ses moments de repos. Mais cette petite panthère ne reste jamais bien longtemps en place ! Vif, curieux, intelligent et joueur, le Chat du Bengale fera le plaisir de toute la famille et vous ne vous ennuierez jamais en sa compagnie.

Carte d’identité du Bengal

Autres noms : Bengali, Chat du Bengale
Poil : court
Taille : moyen à grand
Robe : brun, ivoire et crème, marques bleues ou brunes ; patron spotted tabby ou marbled
Origine : États-Unis
Prix moyen : 1 000-3 000 €

Issu d’un croisement avec un chat-léopard sauvage. Pelage tacheté ressemblant à celui du léopard, ou marbré. Doux et affectueux. Besoin de mouvement, tendance à fuguer.

Historique de la race

Le Bengal, parfois appelé Chat du Bengale ou Bengali, est une race de chat hybride. En effet, ce chat tigré est issu du croisement d’un chat domestique et d’un félin sauvage, en l’occurrence le chat-léopard du Bengale. Originaire d’Asie du Sud-Est, ce petit félin porte sur son pelage des taches rappelant celles du léopard, avec lequel il n’a pourtant qu’une parenté très éloignée. Si on trouve la trace d’individus issus de ce croisement dès la fin du XIXe siècle, la race ne fut réellement créée que dans les dernières décennies du XXe siècle.

Premiers cas d’hybridation

Les premiers cas d’hybridation entre le chat domestique et le chat-léopard du Bengale (Prionailurus bengalensis) sont anciens. Harrison William Heir, l’organisateur de la toute première exposition féline, mentionnait déjà leur existence en 1889. En 1924, un journal scientifique Belge se fit aussi écho d’un tel croisement, suivi en 1941 par un magazine japonais spécialisé dans les chats. Mais ces cas d’hybridation restèrent isolés jusqu’au début des années 1960.

Des débuts difficiles

La mère de la race Bengal est l’éleveuse et généticienne américaine Jean Mill. Celle-ci avait déjà participé dans les années 1950 au développement de l’Himalayen, croisement du Siamois et du Persan. Elle décida de créer un chat alliant le physique sauvage du chat-léopard au caractère facile du chat domestique. Vers 1961, elle réalisa le premier croisement volontaire recensé entre une femelle chat-léopard et un chat domestique, un matou noir probablement de race American Shorthair.

La première portée issue de ce croisement vit le jour en 1963. Le travail de sélection qui s’ensuivit fut long et semé d’embûches. En effet, comme c’est presque toujours le cas pour les hybrides, les mâles des premières générations étaient stériles. Cela obligea l’éleveuse à recroiser les femelles hybrides de première génération avec leur père.

L’essor de la race

Parallèlement aux travaux de Jean Mill, l’Université de Loyola procéda au même type de croisements, afin d’obtenir des animaux de laboratoire pour des recherches en génétique sur la leucose féline. Au milieu des années 1970, cette université confia à Jean Mill plusieurs femelles hybrides F1. Cela lui permit de poursuivre le développement de la race, tout en évitant une trop grande consanguinité. Elle croisa les femelles avec des individus issus d’autres races, notamment le Mau Égyptien. Notons qu’elle participa également au développement de cette dernière race.

Après des années de travail, Jean Mill parvint enfin à obtenir des chatons hybrides de la cinquième génération, qui pouvaient donc être considérés comme des chats domestiques. La race Bengal fut reconnue par la TICA en 1986. Les premiers représentants de cette nouvelle race arrivèrent en France en 1989, et la première portée française vit le jour en 1993. Le LOOF reconnut la race en 1997. Depuis le début des années 2000, la race n’a cessé de gagner en popularité en Amérique et en Europe. En 2018, le Chat du Bengale était le troisième chat préféré des Français, après le Maine Coon et le Sacré de Birmanie.

Caractéristiques physiques du Bengal

Tout en puissance et en grâce, le Bengal montre clairement ses origines sauvages. Son pelage unique lui confère une allure de petit fauve. La plupart des représentants de la race sont des chats tigrés qui ont hérité des taches du chat-léopard. Mais il existe également des individus portant une robe marbrée, elle aussi très impressionnante.

Contrairement à d’autres races hybrides telles que le Savannah, la race Bengal est bien établie, et ses caractéristiques morphologiques sont fixées. À l’instar de beaucoup de chats hybrides, le Bengal est plus grand que la plupart des chats domestiques. Il se démarque par son imposante ossature et sa musculature puissante et bien dessinée.

La tête

La tête du Bengal doit être la plus éloignée possible de celle d’un chat domestique. En comparaison avec le reste du corps, elle est légèrement plus petite que la moyenne. Vue de face, elle est en forme de triangle allongé, avec des contours arrondis, et des pommettes hautes et saillantes. Le nez est long et large, et les zones d’implantation des moustaches sont renflées. Le mâle peut présenter des bajoues.

De profil, le front est légèrement arrondi, et il n’y a pas de cassure entre la ligne du front et l’arête du nez, qui est droite ou légèrement concave. Le menton et le bout du nez sont alignés.

Les yeux

Le Chat du Bengale a des grands yeux bien espacés, d’un ovale presque rond. Leur couleur dépend de celle de la robe : ils peuvent être verts, or, bleus ou aigue-marine. Quelle que soit leur couleur, elle doit être profonde et brillante.

Les oreilles

Les oreilles du Bengal sont de taille moyenne et assez courtes. Leur base est large, tandis que leur extrémité est arrondie. L’espace entre les deux oreilles est de la même largeur que la base de l’une d’entre elles. Lorsque l’on regarde le Bengal de profil, ses oreilles pointent vers l’avant.

Le corps

Le corps est de forme allongée. L’ossature est solide, surtout chez le mâle, et les muscles puissants sont bien apparents. Le cou est long et musclé. La femelle est plus fine que le mâle, mais possède tout de même une musculature dessinée.

Les pattes

Le Chat du Bengale possède des pattes bien droites et de longueur moyenne. Comme le reste du corps, elles présentent des muscles puissants sur une robuste ossature. Les pieds sont grands et ronds, avec des doigts proéminents.

La queue

La queue du Bengal est relativement courte. Elle est épaisse à la base, et s’affine légèrement en allant vers l’extrémité qui est arrondie.

Les poils

Le pelage court et épais est bien couché sur le corps. Au toucher, il se révèle particulièrement doux et soyeux. La fourrure présente un effet appelé « glitter » : elle semble saupoudrée d’or. Le pelage du chaton a tendance à être plus long que chez le chat adulte ; il se raccourcit lorsque l’animal vieillit.

La robe et le patron

La couleur de fond de la robe du Bengal peut prendre suivant les individus diverses teintes de brun, jaune, orange, ivoire ou crème. Au niveau du ventre, de l’intérieur des pattes, de la gorge et de la zone d’implantation des moustaches, le fond de robe est d’un blanc cassé très clair. Les taches, quant à elles, vont du marron clair au brun foncé. L’extrémité de la queue est toujours de la couleur la plus foncée présente sur le pelage. Deux types de motifs sont admis : le spotted, majoritaire et rappelant les dessins de la robe du léopard, et le marbled, plus rare.

Le motif spotted

Dans le cas du motif spotted, les taches peuvent être monochromes ou bicolores. Dans ce dernier cas, on leur donne le nom de rosettes. Elles doivent être très contrastées avec la couleur de fond de la robe, leurs bords doivent être francs et leur forme bien marquée. Les rosettes, composées de deux couleurs distinctes au minimum, sont en forme d’anneau, d’empreinte de patte ou de pointe de flèche.

Sur le dos et les flancs, les taches sont soit disposées au hasard, soit alignées horizontalement. Le ventre est aussi tacheté. Les pattes et la queue présentent soit des taches, soit des anneaux. Les épaules sont marbrées. La tête présente les marques caractéristiques des robes tabby, avec une marque foncée en forme de « M » sur le front, et un trait foncé dit « de maquillage » qui prolonge l’œil.

Le motif marbled

Le motif marbled est une variante du motif blotched tabby. Le pelage présente de larges taches de forme irrégulière, allongées horizontalement et rappelant les veines du marbre. Les marques ne doivent pas être verticales. Elles s’étendent sur tout le pelage, ventre compris.

Dans la plupart des cas, au moins trois couleurs sont présentes sur le pelage : la couleur du fond de robe, la couleur des marques et une troisième couleur intense qui vient souligner ces marques. Comme ceux portant le motif spotted, les individus marbled présentent le M et le maquillage des yeux typiques des chats tabby.

Comportement et caractère du Bengal

Malgré ses origines sauvages, le Bengal est devenu un chat de compagnie docile et attaché à ses maîtres. Le standard précise d’ailleurs que ce chat doit démontrer une faculté à vivre en compagnie des humains. Mais son ancêtre lui a quand même transmis la fougue, la curiosité et l’indépendance du chasseur. Si vous recherchez un chat calme, passez votre chemin ! En effet, la vivacité et l’énergie de cette petite panthère en font un chat avec lequel on ne s’ennuie jamais !

Nous allons décrire ici les grandes tendances comportementales du Bengal. Rappelons toutefois que chaque individu possède un caractère unique. Celui-ci est forgé à la fois par ses gènes, ses expériences de vie, sa socialisation précoce et ses rapports avec les différents membres du foyer, qu’ils soient à deux ou quatre pattes ! Votre Bengal pourrait donc très bien ne pas présenter toutes les caractéristiques présentées ici.

Un vrai concentré d’énergie

Le chat du Bengale se caractérise par son inépuisable besoin de bouger ! Très vif, il a absolument besoin de se dépenser physiquement afin de canaliser son énergie. Pas question de passer la journée à dormir au coin du feu ! Ayant conservé un instinct de chasse développé, votre chat tigré va plutôt sauter et grimper sur tous vos meubles.

Il appréciera particulièrement de pouvoir se défouler dans un grand jardin. À défaut, un grand balcon pourra suffire à certains individus plus calmes. Dans tous les cas, il faut qu’il trouve à l’intérieur comme à l’extérieur des structures telles que de grands arbres à chat ou encore des roues pour chats, qui lui permettront d’exercer ses talents de grimpeur. Sinon, il pourrait bien choisir vos rideaux pour cela ! Notons que, contrairement à beaucoup de chats, le Bengal apprécie l’eau, et ne se refuse pas un petit bain de temps à autre.

Un compagnon amical et sociable

Avec son allure de panthère et sa vivacité, le Bengal ne reste pas moins un chat qui apprécie les moments de tendresse et les câlins. Aucun problème pour le manipuler, il se laisse volontiers prendre dans les bras. C’est également un chat sensible, qui sait décoder les humeurs de son maître et s’y adapter. Même s’il est affectueux, il ne se montre pas collant, et sait conserver une certaine indépendance. Il apprécie la compagnie des enfants, avec lesquels il aime faire le fou !

À moins de pouvoir lui consacrer beaucoup de temps, il est préférable que votre Bengal ait un compagnon à quatre pattes. L’idéal est un félin issu de la même portée ou tout du moins d’une race de chat au caractère proche du sien. Cet animal doit être choisi avec soin pour devenir un compagnon de jeu et pas un rival. En effet, le Chat du Bengale a tendance à avoir un caractère dominant, et à défendre son territoire. En raison de son énergie, il est préférable d’éviter la cohabitation avec des chats calmes.

Un chat d’une grande intelligence

Le Bengal se distingue également par son intelligence. Il apprend facilement les règles de vie au sein de la famille. Sa curiosité pousse ce chat tigré à explorer tous les recoins de la maison. Le revers de la médaille, c’est qu’il risque aussi de faire des bêtises ! Il apprendra très vite comment ouvrir la poubelle pour aller fouiller dedans, ou comment actionner un robinet pour jouer avec l’eau. Pour stimuler son intelligence, il aura besoin de longs moments de jeu avec son maître. Il appréciera les activités nécessitant un apprentissage telles que l’agility pour chat. Des jouets stimulants l’aideront à ne pas s’ennuyer en votre absence.

Attention aux fugues !

Poussé par son énergie et sa curiosité, le Bengal a tendance à s’éloigner du domicile pour faire des petites fugues. Comme il grimpe particulièrement bien, la plupart des clôtures se révèlent inefficaces à arrêter cette panthère miniature ! Il est donc vivement recommandé de l’équiper d’un collier avec une médaille indiquant vos coordonnées. Assurez-vous également que ces coordonnées sont à jour dans le fichier d’identification des carnivores domestiques (I-CAD). Un collier GPS pour chat peut être un moyen efficace de suivre votre félin à la trace, alors qu’il s’aventure dans des recoins inconnus.

La santé du chat léopard domestique

Le Bengal est sujet aux maladies courantes chez les chats domestiques. Parmi celles-ci, on peut citer le typhus du chat, le coryza, la leucose féline ou leucémie du chat. La vaccination permet de protéger votre compagnon contre ces principales maladies félines et réduire le risque d’infection.

Contrairement à d’autres races hybrides, le Chat du Bengale est également touché par des maladies héréditaires :

Cardiomyopathie hypertrophique (HCM)

La cardiomyopathie hypertrophique, ou HCM, est une maladie cardiaque qui se manifeste par un épaississement du muscle cardiaque. Cette affection ne se rencontre pas uniquement chez le Bengal, mais également chez de nombreuses autres races de chat. Lors du développement de la race Bengal, des croisements ont été effectués avec des chats de certaines de ces autres races. Il est donc compréhensible que le Bengal, contrairement à d’autres hybrides, soit sensible à cette maladie.

L’évolution de la cardiomyopathie hypertrophique est très difficilement prévisible, mais mène généralement à une mort prématurée. Il s’agit d’un syndrome complexe, regroupant en fait plusieurs maladies présentant des symptômes identiques.

La cause en est encore mal connue. Elle pourrait être génétique, ou virale, ou encore être un effet secondaire d’une autre maladie. Pour le moment, aucun test génétique fiable n’est disponible pour le Bengal. Afin de limiter au maximum les risques, les éleveurs recourent à un dépistage systématique de la maladie par échocardiographie pour tous leurs reproducteurs. On considère qu’un chaton issu de lignées indemnes de la maladie n’a qu’une faible probabilité d’être touché.

Atrophie progressive de la rétine (PRA-b)

L’atrophie progressive de la rétine (PRA-b) provoque une dégénérescence de la rétine. La maladie progresse d’autant plus vite qu’elle est apparue tôt dans la vie du chat, et aboutit à terme à une cécité totale. Cette maladie a plusieurs formes, dont seulement une est détectable par un test génétique. Un chaton dont le test est négatif pourra malheureusement être quand même porteur d’une autre forme de PRA.

Déficit en pyruvate kinase (PK-Def)

Le déficit en pyruvate kinase (PK-Def) est une maladie qui entraîne la destruction des globules rouges, et donc une forte anémie. Son évolution est très variable : chez certains individus atteints, elle conduit rapidement au décès, tandis que d’autres ont une espérance de vie presque normale avec de longues périodes de rémission. Cette maladie est détectable chez le Bengal par un test génétique.

Prendre soin d’un Bengal

Les Bengal considérés comme chats domestiques sont issus au minimum de la cinquième génération d’hybrides. Par conséquent, ils possèdent seulement une part infime de sang sauvage. Leur comportement est donc globalement comparable à celui d’autres chats non-hybrides, de même que les soins à leur apporter. Cependant, le Bengal est un chat extrêmement actif, particularité dont il faut tenir compte afin qu’il soit heureux et épanoui.

Garder son félin en bonne santé

Les recommandations à suivre pour protéger la santé de votre Bengal sont les mêmes que pour tous les chats domestiques. La première précaution à prendre est de faire vacciner le chat contre les maladies les plus courantes : typhus, coryza, leucose féline, chlamydiose féline. La vaccination contre la rage est également recommandée. Aucun vaccin n’est obligatoire en France. Cependant, des certificats de vaccination vous seront demandés pour voyager avec votre chat, ou pour le faire garder dans une pension féline.

Selon les maladies, la première injection (primo vaccination) se fait à 8-9 semaines, suivie d’un rappel 1 mois après. Cette première vaccination est nécessaire pour protéger au maximum le jeune animal encore fragile. Elle ne suffit cependant pas à assurer une immunité totale. En effet, des anticorps de la mère sont encore présents dans l’organisme du jeune chaton. Ses propres défenses immunitaires ne réagissent donc que partiellement au vaccin.

C’est pourquoi des rappels sont effectués lors de la douzième, puis de la seizième semaine de vie du chaton. Par la suite, des rappels sont nécessaires tout au long de la vie du chat. Selon les maladies, ils ne se font pas à la même fréquence. Un suivi vétérinaire régulier vous permettra de ne pas en oublier.

La vermifugation, destinée à lutter contre les parasites intestinaux, est également fortement recommandée. Elle protège non seulement la santé de votre chat, mais aussi la vôtre ! En effet, certains parasites peuvent se transmettre à l’homme, en particulier aux enfants. Pensez donc bien à vermifuger votre chat au moins deux fois par an. Un chat qui a accès à l’extérieur devra recevoir un traitement tous les trois mois.

Un chat d’intérieur qui ne sort pas de la maison et n’est pas en contact avec d’autres animaux n’est pas pour autant protégé de toute maladie ! En effet, les agents pathogènes peuvent être rapportés de l’extérieur sur des semelles de chaussures ou des vêtements. Un chat d’intérieur doit donc quand même être vacciné et vermifugé afin de rester en bonne santé.

Apprendre à toiletter son chat léopard

Le pelage court du Bengal nécessite seulement un brossage hebdomadaire. C’est, de plus, un chat qui a la particularité de perdre très peu de poils. Ce chat tigré aime l’eau : il appréciera donc un bain de temps en temps. Optez pour un shampooing pour chat, qui respecte sa peau fine. Le pH de la peau du chat est différent de celui de la nôtre. Il est donc recommandé de ne pas utiliser de shampooing ou gel douche pour humain, ni de savon, mais un shampoing pour chat.

Le Bengal étant un chat très actif, il use généralement ses griffes tout seul et n’a pas besoin de votre aide pour les raccourcir. Pensez à mettre un griffoir à la disposition de votre panthère d’appartement si vous ne voulez pas retrouver votre canapé en lambeaux ! Si toutefois ses griffes sont trop longues, vous avez la possibilité de les épointer avec un coupe-griffes pour félins, en veillant bien à ne jamais atteindre la partie colorée de la griffe.

Offrir à son chat une alimentation de qualité

Comme tous les chats, le Bengal a besoin d’une alimentation de qualité, adaptée à son âge et à son état de santé. Afin de soutenir son énergie exceptionnelle, il est indispensable de lui proposer des aliments riches en protéines, en matières grasses insaturées, en vitamines et en acides aminés. Veillez à sélectionner des croquettes élaborées majoritairement à partir de viande ou de poisson. Le Bengal se dépensant énormément, ses rations doivent être plus importantes que celles d’un chat peu actif.

Proposer des jeux à son chat (un peu) hyperactif

Le Bengal est un chat très énergique, qui a un grand besoin d’activité physique. Il aime courir, sauter, grimper. Il est donc assez peu adapté à la vie dans de petits appartements. L’idéal est qu’il ait accès à un jardin, ou tout du moins à un balcon sécurisé. Dans tous les cas, il faudra veiller à proposer à cette panthère miniature un grand arbre à chat, des structures à escalader, des cachettes ou encore une roue pour chats.

Stimuler son intellectuel

Doté d’une grande intelligence, le Chat du Bengale fait preuve d’étonnantes capacités d’apprentissage. Vous pourrez lui apprendre certains comportements, et même des tours tels que le saut dans un cerceau. Pour cela, vous pouvez utiliser la méthode du training au clicker.
N’hésitez pas à proposer à votre Bengal une sélection de jeux d’intelligence pour chats. Cela lui permettra de s’occuper en votre absence !

Adopter un Bengal

Même si ce n’est pas une race très ancienne, le Bengal est aujourd’hui très populaire en France, et il existe de nombreux élevages. Il est conseillé de vous rendre sur place afin de rencontrer l’éleveur et de vérifier les conditions de vie des chats. La propreté et le confort des lieux sont bien entendus des critères primordiaux pour juger de la qualité d’une chatterie.

Les animaux doivent être détendus et confiants, et disposer de suffisamment d’espace. L’éleveur doit également être capable de vous renseigner précisément sur le caractère propre de chaque chaton. Un éleveur sérieux vous posera des questions sur votre mode de vie et sur la composition de votre foyer. Il sera ainsi en mesure de déterminer quel chaton est le plus adapté pour vous.

La socialisation des chatons est primordiale, afin qu’ils puissent s’adapter à la vie aux côtés des humains et des autres animaux présents dans la maison. Cette socialisation est assurée en partie par la mère, et en partie par les humains qui s’occupent du chaton. C’est pourquoi il ne doit pas être adopté avant l’âge de 2 à 3 mois.

Les éleveurs sérieux font passer à tous leurs chats des tests permettant de dépister les maladies les plus fréquentes chez le Bengal. Une fois que vous aurez choisi un chaton à adopter, les certificats de résultats négatifs à ces tests vous seront fournis.

La race Bengal est stable, et de nouvelles hybridations avec le chat-léopard du Bengale ne sont plus nécessaires. Toutefois, les éleveurs doivent continuer à faire un travail de sélection afin de maintenir le standard de la race, et de limiter l’apparition de maladies. Cela nécessite du temps et beaucoup de connaissances. De plus, élever des chats dans de bonnes conditions occasionne des dépenses importantes ! C’est pourquoi acheter un chat de race dans un élevage de qualité coûte cher. Pour un Bengal, il faut compter plus de 1 000 euros.

Avec la mode des chats hybrides, des individus peu scrupuleux élèvent des Bengal en masse, dans des conditions déplorables. Évitez à tout prix d’adopter un chaton auprès de ce genre d’éleveurs. Vous cautionneriez ainsi des cas de maltraitance animale. De plus, des chats élevés dans de mauvaises conditions peuvent présenter des problèmes de comportement. Ils peuvent aussi être atteints de maladies. Si l’on vous propose un Bengal « sous le manteau » à un prix défiant toute concurrence, fuyez !

Catégories 🐈

Suivez-nous ! 😻

Soyez les premiers à lire nos articles !

À propos 💬

Vous souhaitez en savoir plus sur Le Monde des Chats et son projet ?

Découvrir

Rechercher 🔎

À lire absolument... 📢