Sacré de Birmanie : une race de chat très sociable et câline

26 décembre 2019 -

chat sacré de birmanie

Son nom évoque des contrées lointaines et exotiques… On l’imagine se faufilant entre les statues de divinités et les offrandes colorées, au milieu des vapeurs d’encens. Mais le chat Birman n’en a probablement que le nom ! Il s’agit plus certainement d’un félin cent pour cent Français. Croisement de Siamois et de Persan, ce chat frappe par sa beauté, avec son regard bleu intense et son long pelage blanc, rehaussé de taches de couleur aux extrémités. Mais c’est surtout un chat extraordinairement câlin et sociable. Si vous recherchez une race de chats affectueux, n’hésitez plus, le Sacré de Birmanie est fait pour vous !

Carte d’identité du Sacré de Birmanie

Autre nom : Birman
Poil : mi-long
Taille : moyen
Robe : toutes couleurs, patrons solide et blanc, tabby et blanc, silver/smoke et blanc
Origine : France
Prix moyen : 400 – 1600 €

Aime explorer son environnement. Affectueux, calme et docile. Aime être porté et câliné. Chat idéal pour une famille avec des enfants.

Sacré de Birmanie : entre légende et histoire

Comme beaucoup de chats de race, l’origine du sacré de birmanie reste floue et les légendes urbaines quant à sa provenance sont nombreuses.

Un chat issu d’un temple sacré

Une des plus connues et dont l’origine est attribuée à l’écrivain romancière Marcelle Adam, est basée sur une superbe histoire, pleine d’émotion. Dans un passé lointain, en territoire Birman (Myanmar, anciennement Birmanie), se trouvait un temple sacré, dédié à une magnifique déesse dorée aux yeux bleus saphir. Ce grand édifice religieux était habité par plusieurs moines, dont un vieux prêtre aux cheveux grisonnants et son chat nommé Sinh.

Un jour, des envahisseurs s’attaquèrent au temple pour le piller et le prêtre fut tué pendant l’assaut.

On raconte alors que son chat, Sinh, sauta sur le corps de son défunt maître et fixa les yeux de la statue de la déesse, prononçant une prière muette pour le ramener à la vie. Celle-ci ne pu exaucer son vœu, mais pour le récompenser de sa loyauté, le transforma alors à son image, lui octroyant des yeux bleus étincelants, une fourrure dorée, des pattes blanches en guise de pureté et en souvenir de la chevelure du défunt prêtre.

Après ce dramatique incident, des jours passèrent et Sinh rejoignit à son tour son maître dans l’au-delà, emporté par le chagrin. Les félins qui vivaient aux abords du temple furent eux aussi métamorphosés, pour honorer la mémoire de ce chat vaillant et loyal, donnant ainsi naissance aux premiers chats Sacré de Birmanie.

Un chat de race provenant du temple Lao Tsun

En parallèle de l’histoire précédente, qui se veut davantage une légende fantastique qu’un vrai récit historique, certaines sources indiquent que le chat Sacré de Birmanie proviendrait bien du royaume Birman, et plus particulièrement du temple Lao Tsun. Le premier couple de chats Birman aurait été volé dans ce temple par un milliardaire américain en 1920 (de la famille Vanderbilt) et apporté en France (à Nice), à bord d’un luxueux navire. Le mâle serait mort pendant la traversée, mais la femelle aurait survécu avec une portée de chatons. 

Cette maman chat nommée Sitah aurait alors donné naissance à une femelle Sacré de Birmanie connue sous le nom de Poupée de Madalpour. Celle-ci aurait été adopté par une certaine Madame Leotardi, qui la présenta lors d’une exposition en 1926 à Paris. Même si Poupée de Madalpour a bien existé, aucune preuve ne permet en fait de vérifier l’intégralité de l’histoire et l’origine du Sacré de Birmanie.

Un croisement entre un Siamois ganté de blanc et un Persan

Face à ce manque de certitudes concernant l’origine du chat Birman, certains racontent que cette nouvelle race de chat serait apparue en 1920 suite au croisement entre un Siamois ganté de blanc (bout des pattes blanches) et un Persan. Aux Etats-Unis, l’union entre un Persan et un Siamois (non ganté) aurait déjà été reproduit, et c’est d’ailleurs ainsi que serait né le chat Himalayen, ressemblant fortement au Sacré de Birmanie (sans les pattes blanches).

Un chat provenant d’Asie, d’après le Dr Jumaud

Ces histoires et légendes autour de l’origine du Sacré de Birmanie ne semble pas correspondre avec les théories du Docteur Jumaud, vétérinaire et fondateur du premier club félin Français. En effet, celui-ci aurait écrit une thèse de fin d’étude mentionnant le Birman quelques années avant que cette “nouvelle race” ne soit mise en exergue, notamment avec la femelle “Poupée de Madalpour” (1926) ou un autre mâle “Dieu d’Arakan”, star des expositions en 1930. Dans ses écrits, le Dr Jumaud semble indiquer que le Sacrté de Birmanie aurait été observé et aperçu en Asie.

Une descendance provenant d’un couple de chats

Après la seconde guerre mondiale et ses ravages, il semblerait que les seuls représentants de la race des Sacré de Birmanie n’ait été un couple de chats (Orloff et Xénia de Kaabaa), d’après le livre d’origines de la Fédération Féline Française. Aujourd’hui, tous les chats Birman seraient des descendants de ces deux félins. Les chatteries de Sacré de Birmanie et éleveurs comme Simone Poirier auraient largement contribué à repeupler cette race de chat et la rendre populaire. Quelques croisements furent également effectués avec des chats Persans afin de limiter la consanguinité du Sacré de Birmanie.

Evolution du Sacré de Birmanie en France et à l’étranger

Dès 1950, le nom de la race de chat “Sacré de Birmanie” est enfin reconnue en France, principalement pour le démarquer du chat de race “burmese”, et ces beaux félins dorés sont introduits à l’étranger progressivement. Entre 1950 et 1960, le chat Birman est présenté aux Etats-Unis, et en Angleterre en 1965. Sa notoriété, notamment en France, est en partie dûe à des célébrités comme Karl Lagerfeld et sa précieuse “Choupette”. Aujourd’hui, le Sacré de Birmanie est extrêmement populaire et atteint le top 10 des chats les plus prisé en France.

Caractéristiques physiques du Sacré de Birmanie

Le Sacré de Birmanie est un chat de taille moyenne et d’allure imposante. Détaillons les spécificités physiques de ce chat magnifique, de la pointe du nez au bout de la queue.

La tête

La tête du Sacré de Birmanie est toute en rondeurs. De forme globalement triangulaire, ses contours sont arrondis, de même que le front, et les joues sont bien pleines. De profil, ce chat n’a ni le museau écrasé du Persan, ni celui pointu du Siamois. Son nez est dit « romain ». Cela signifie qu’il est court, droit et busqué. Le museau est large, avec un menton fort.

Les yeux

Les yeux du chat Birman sont d’un bleu intense, comme c’est le cas pour toutes les races de chats « point ». Ils sont grands et presque ronds, et assez espacés. Les chatons ont les yeux plus foncés à la naissance, la couleur s’éclaircit ensuite pour se stabiliser vers l’âge de 16 semaines.

Les oreilles

Assez rapprochées l’une de l’autre, elles sont de forme triangulaire, presque aussi larges que hautes, avec une extrémité bien arrondie. L’intérieur du pavillon est très poilu.

Le corps

Le corps du chat Birman est massif, avec une forte ossature et une musculature développée. Le cou, de longueur moyenne, est bien musclé.

Les pattes

Le Sacré de Birmanie a des pattes robustes et musclées, relativement courtes, avec des grands pieds ronds.

La queue

Bien touffue, elle est de taille moyenne.

Les poils

Le chat Birman possède une magnifique fourrure mi-longue, particulièrement douce et soyeuse. Les poils sont plus courts sur la face, et s’allongent progressivement en allant vers le cou, formant une collerette. Celle-ci est particulièrement prononcée chez les mâles. Certains individus ont des poils légèrement frisés sur le ventre. Le sous-poil est peu présent.

La robe et le patron

Le Sacré de Birmanie appartient à la catégorie des chats point. Cela signifie que le corps est de couleur claire, à l’exception des zones dites « froides », qui ont une teinte plus foncée correspondant à la couleur de base du chat. Ces zones froides sont situées aux extrémités : museau, oreilles, queue et bout des pattes.

Toutes les couleurs de base sont acceptées, ainsi que certains motifs tabby et tortie. Mais la couleur originelle du chat Birman est le seal point, les autres couleurs ayant été introduites graduellement par croisements sélectifs avec d’autres races. Notons que les chatons naissent entièrement blancs, la couleur apparaissant au bout de quelques jours seulement.

Ce qui fait la spécificité de la race, c’est que les extrémités des pattes sont blanc immaculé. On dit du Sacré de Birmanie qu’il est « mitted », ce qui signifie « ganté » en anglais. De plus, ce chat possède une autre particularité : sur les pattes postérieures, la zone blanche remonte en pointe à l’arrière du membre. On appelle cela un éperon. C’est ce qui le différencie du Ragdoll mitted, auquel il ressemble beaucoup.

Comportement et caractère du Sacré de Birmanie

Avant de présenter les grandes lignes du caractère du chat Birman, rappelons que la race d’un chat ne garantit en rien qu’il ait le comportement et le caractère correspondant. En effet, comme pour les humains, chaque chat est unique. Son éducation, son histoire, son environnement et sa relation avec ses propriétaires sont plus déterminants que sa race. Les traits de caractère cités ici ne sont que des tendances générales, s’appliquant globalement à une majorité des individus de cette race.

Un chat adepte des câlins

Le Sacré de Birmanie est la race de chats affectueux par excellence ! En effet, ces adorables boules de poils adorent les câlins. Si vous cherchez un chat qui fera de longues siestes sur vos genoux, le chat Birman est fait pour vous. D’un caractère calme et posé, il se laissera volontiers câliner par les adultes et les enfants, qui pourront sans difficulté le prendre dans leurs bras.

Rappelons toutefois que les enfants qui vivent en compagnie d’un animal doivent absolument avoir appris à le respecter, et à lui laisser de l’espace lorsqu’il en manifeste le besoin. Le Sacré de Birmanie est également connu pour être très sensible aux états d’âme des humains qui l’entourent. Si vous êtes triste, il ira se blottir contre vous pour vous consoler. C’est d’ailleurs un chat idéal pour la zoothérapie (ronronthérapie).

Les représentants de cette race sont en général très attachés à tous les membres de la famille dans laquelle ils vivent. Ils recherchent sans cesse la compagnie de leurs propriétaires, allant jusqu’à les suivre partout dans la maison. Revers de la médaille, c’est un chat qui ne peut être laissé seul. Si vous êtes absent de la maison toute la journée, il est recommandé d’avoir au minimum deux chats de la même race afin qu’ils puissent se tenir compagnie.

Un félin joueur, explorateur et sociable

Même s’il est d’un naturel calme, le chat Birman n’en est pas moins joueur. Il apprécie particulièrement de partager des moments d’amusement avec ses propriétaires. Très volontaire, il n’hésite pas à ramener ses jouets aux différents membres de la famille, afin de leur indiquer qu’il veut jouer. Plutôt bavard, il communique par de doux miaulements, et sait très bien se faire comprendre !

Le Sacré de Birmanie supporte très bien la vie en appartement. Il appréciera toutefois beaucoup de pouvoir explorer les moindres recoins d’un jardin. S’il reste à l’intérieur, sa curiosité le poussera à fureter dans toutes les pièces et à visiter les armoires !

D’un naturel sociable, le Sacré de Birmanie va très facilement vers les étrangers. Lors de ses promenades, il peut ainsi lui prendre l’envie de s’introduire dans une maison pour l’explorer ! Il est donc primordial de l’équiper d’un collier d’identification et d’une puce électronique afin de pouvoir le retrouver le cas échéant. Le puçage est d’ailleurs obligatoire depuis 2011. En complément, un collier GPS pour chat peut être envisager, pour suivre votre félin au quotidien.

Santé du chat Birman

Le Sacré de Birmanie jouit d’une santé robuste pour un chat de race. Bien qu’il soit probablement issu d’un croisement entre le Siamois et le Persan, il n’a hérité d’aucune des affection héréditaires qui touchent ces deux races. La seule maladie congénitale signalée chez le chat Birman est l’axonopathie centrale. Il s’agit d’une grave maladie du système nerveux dont le premier symptôme est une mauvaise coordination des membres postérieurs chez le chaton. Cette maladie mortelle est fort heureusement très rare.

Comme toutes les autres races, le Sacré de Birmanie peut être touché par les maladies communes chez le chat, telles que le typhus, le coryza, la leucose féline et la péritonite infectieuse. Ces maladies peuvent être évitées en faisant vacciner votre chat. Les vaccinations ne sont pas obligatoires, à part en cas de voyage à l’étranger. Elles sont toutefois fortement recommandées, afin de protéger la santé de votre petit compagnon. La première injection est effectuée à 8 ou 12 semaines de vie selon les maladies. Des rappels annuels sont ensuite nécessaires afin de maintenir l’immunité de l’animal.

Il est également indispensable de vermifuger votre chat au minimum deux fois par an, et quatre fois s’il fait des sorties. Vermifuger un animal aura bien sûr comme effet de le protéger contre les parasites intestinaux, qui risquent de l’affaiblir, voire pour certains de causer des pathologies graves. Mais ce geste permet également de protéger votre famille ! En effet, certains vers qui affectent les chats peuvent se transmettre à l’homme. N’oubliez donc pas d’administrer régulièrement le traitement vermifuge à votre petit félin !

Comment prendre soin de votre chat ?

Comme tout animal de compagnie, votre chat a besoin que vous preniez soin de lui pour être heureux et en bonne santé. Certains gestes sont nécessaires pour garantir sa santé physique, et la qualité de la relation que vous entretenez avec lui garantit sa santé psychologique. Le Sacré de Birmanie, très dépendant de ses propriétaires, nécessite tout particulièrement que vous lui accordiez du temps et de l’attention.

Les soins et le toilettage

Le pelage du Sacré de Birmanie ne comporte qu’un léger sous-poil. Contrairement à ceux du Persan, ses poils ne s’emmêlent que très peu. En dehors des périodes de mue, un brossage hebdomadaire suffit donc à lui conserver une fourrure soyeuse. Lors de la mue, un brossage quotidien est nécessaire, afin de débarrasser votre compagnon de ses poils morts. Cela lui évitera d’avaler trop de poils en faisant sa toilette. Votre chat doit aussi avoir une hygiène buccale irréprochable afin d’éviter les gingivites.

Le jeu

Le Sacré de Birmanie est un chat joueur. Il appréciera donc tout particulièrement de partager des moments de jeu avec vous. Vous pouvez pour cela lui proposer des jouets en plumes, ou utiliser un pointeur laser. Pour les moments où vous n’êtes pas disponible, il existe des jouets interactifs qui l’inciteront à se dépenser, tout en exerçant sa réflexion et ses talents de chasseur. Un arbre à chat, en plus de lui permettre de faire ses griffes, lui donnera la possibilité de sauter et d’escalader.

L’alimentation

Afin de garder votre chat en bonne santé le plus longtemps possible, il est nécessaire de lui fournir une alimentation de qualité. Le chat étant un animal carnivore, les croquettes ou nourritures humides que vous lui proposez doivent être riches en protéines. Les chats stérilisés ont tendance à prendre du poids avec l’âge. Pensez alors à lui offrir des aliments adaptés pour les chats seniors.

L’herbe à chat et les friandises naturelles permettront à votre compagnon de patienter entre deux repas. Pensez également à toujours laisser de l’eau fraîche à disposition de votre chat, par exemple en utilisant une fontaine à eau.

La propreté

Afin de répondre au besoin de propreté de votre chat, pensez à vous équiper d’un bac à litière ou d’une maison de toilette en fonction de son caractère. Sachez que, si vous êtes l’heureux propriétaire de plusieurs chats, il est préférable d’avoir une litière séparée pour chacun d’entre eux.

Adopter un Sacré de Birmanie

Comme c’est le cas pour tous les chats de race, il est fortement recommandé d’adopter votre Sacré de Birmanie dans un élevage reconnu par un club de race. Rendez-vous sur place afin de vous rendre compte des conditions de vie des animaux, et de voir les chats évoluer dans leur environnement. L’éleveur devra être capable de vous renseigner sur le caractère du chaton que vous aurez choisi, ainsi que sur celui de ses parents.

Il ne doit en aucun cas vous proposer d’adopter un chaton avant l’âge de 12 semaines. C’est en effet le temps dont il a besoin pour être convenablement sociabilisé au contact de sa mère. Assurez-vous également que les chattes reproductrices sont bien traitées. Pour leur bien-être, il est préférable qu’elles n’aient pas plus d’une portée par an.

Choisir un élevage professionnel et bienveillant

Un chat de race a un certain prix, qui correspond à tout le travail de sélection, et aux soins apportés aux reproducteurs et aux chatons. Un bon élevage possède un nombre réduit de chats, qui disposent d’espace, reçoivent de l’attention et de l’amour, et sont nourris avec des aliments de qualité. Dans le cas du Sacré de Birmanie, il vous en coûtera aux alentours de 400 – 1 600 Euros.

Méfiez-vous donc des éleveurs qui vous présenteraient comme chats de races des animaux sans pedigree, à un prix défiant toute concurrence. Non seulement un chat sans pedigree n’est pas un chat de race, mais en plus les animaux sont souvent très mal traités dans ce type d’élevages, véritables usines à chatons. N’encouragez donc pas cette forme d’exploitation animale !

Catégories 🐈

Suivez-nous ! 😻

Soyez les premiers à lire nos articles !

À propos 💬

Vous souhaitez en savoir plus sur Le Monde des Chats et son projet ?

Découvrir

Rechercher 🔎

À lire absolument... 📢