Skip to content
Menu
Profile-de-Chat-5

Maine Coon : tout savoir sur le plus grand chat de race domestique

20 novembre 2019 -

Partagez l'article avec vos amis ! 🐈❤️

Le Maine Coon est une race de chat Américaine (issu de l’état du Maine) très populaire dont vous avez sûrement déjà entendu parler, notamment pour son allure de chat géant et sauvage. En effet, le Maine Coon est aujourd’hui considéré comme le plus grand chat du monde (avec le Savannah), et le record du plus grand chat domestique revient ainsi à Omar, qui mesurait 1m20 et 14Kg ! 

Cependant, le Maine Coon ne se limite pas seulement à sa grande taille. Il s’agit d’un chat réputé pour être très sociable, extraverti, assez bavard et très doux, ce qui en fait un animal de compagnie incroyable, car parmi les plus faciles à vivre… C’est un grand et gros chat idéal, et d’ailleurs, le préféré des Français !

Carte d’identité du Maine Coon

Poil : mi-long
Taille : grand
Robe : nombreuses couleurs admises (quelques exceptions)
Origine : Maine, États-Unis
Prix moyen : 450 – 1700 €

En quelques mots :

Le Maine Coon est un chat très sociable, affectueux et câlin.

Il adore la compagnie des enfants comme des adultes et cohabite en général très bien avec d’autres animaux (chats, chiens, etc..).

Joueur et éveillé, on dit souvent que ce chat géant est un « chat-chien » car il se montre parfois collant. Il communique facilement avec son maître et peut être bavard.

Les légendes du Maine Coon

Difficile de parler du Maine Coon sans compter les multiples histoires et légendes que l’on raconte à son sujet. 

1) Un croisement entre un raton-laveur et un chat 

La légende la plus connue laisse à croire que cette magnifique race de félin sauvage serait issue du croisement entre un chat et un raton-laveur (qui se dit “racoon” ou “coon” en anglais). La robe et le patron du Maine Coon (dont le plus courant est le “brown tabby”, soit des motifs rayés proches de ceux d’un tigre) peuvent en effet ressembler à ceux des ratons-laveurs, sans oublier leurs grandes queues en panache, très touffues. 

Avant que vous ne vous posiez la question, non, il n’est évidemment pas possible d’un point de vue génétique qu’un chat et un raton-laveur puissent donner naissance à une nouvelle race de chat hybride. Cependant, cette drôle de légende est restée dans la mémoire de chacun, et la race fut nommée ainsi pour cette raison.

2) Un chat d’origine Viking

Certaines sources proclament que le chat de race Maine Coon serait en fait un croisement entre des chats locaux (Etats-Unis) et des chats des forêts norvégiennes, importés par les Vikings vers l’an 1000. En effet, ces troupes barbares se déplaçaient énormément et rapportaient des trésors de chacune de leurs conquêtes. D’après certains dires, les déplacements des Vikings correspondraient aux origines géographiques de nombreux chats tels que les Sibériens, Norvégiens ou Turcs de Van, qui présentent tous certaines similarités avec le Maine Coon. Faits avérés ou légende, difficile à déterminer…

3) Le Maine Coon : une descendance de Marie-Antoinette d’Autriche

Une autre légende raconte que Marie-Antoinette d’Autriche serait responsable de cette nouvelle race de chat, alors qu’elle essayait d’échapper à la révolution Française. Celle-ci aurait contacté un certain capitaine Samuel Clough afin que celui-ci l’aide à fuir la France. En effet, ce marin était connu pour transporter des clandestins à bord de son navire, lors de ses voyages entre l’Europe et les Etats-Unis. Les bagages de la reine furent ainsi confiés au capitaine du bateau, et parmi eux, six chats Angoras qui lui appartenaient. 

Malheureusement, Marie-Antoinette ne pu réaliser ce voyage (condamnée à mort lors de la révolution Française) et le capitaine Clough fit route pour le continent Américain, accompagné de ses chats. Ces Angoras se seraient ainsi mêlés aux chats locaux, donnant naissance à la race du Maine Coon.

4) Autres hypothèses sur la provenance du Maine Coon

Une certaine Mme Pierce, que l’on compte parmi les premières propriétaires de Maine Coon au 19e siècle, émet deux hypothèses quant à l’apparition de cette nouvelle race de grand chat. 

La première est que les Vikings ne seraient pas responsables de l’apparition de ces nouveaux félins, mais plutôt des familles aisées de la région du Maine aux Etats-Unis. Celles-ci, voyageant beaucoup à bord de grands et luxueux navires, auraient ramené de leurs voyages des animaux exotiques, parfois sauvages, en guise de “souvenir” et preuve de leurs richesses. Parmi ces bêtes se trouvaient probablement des chats Angoras ou d’autres races félines à poils longs.

La seconde hypothèse reprend la même idée de base, mais Mme Pierce explique, cette fois, que ces chats exotiques n’étaient peut-être pas ramenés comme “cadeaux” ou “souvenirs”, mais plutôt conservés sur les bateaux afin de chasser les rats et autres nuisibles.

Les origines du Maine Coon

Le premier concours de Maine Coon, visant à élire le plus beau chat de la race, fut organisé en 1861 à Boston, et le vainqueur répondait au nom de “Captain Jencks”. Il s’agissait d’un mâle noir et blanc, appartenant à Mme Pierce.

Suite à ce franc succès, un second concours plus “officiel” fut organisé en 1895 à New York, au Madison Square Garden, et remporté par une femelle nommée “Cosey”. D’autres compétitions furent organisées, comme en 1897 à Boston.

Cependant, la race des Maine Coons fut délaissée entre 1900 et 1950, au profit des Siamois et Persans, jugés plus populaires. Ce n’est qu’après la création du “Central Maine Coon Cat Club” en 1953, par deux éleveurs, que les Maine Coons sont à nouveau plébiscités. En 1956, les premiers critères de sélection et standards de cette race de chat sont mis en place par ce même organisme, et l’effet de mode revient en 1960 pour ce grand chat.

L’organisation ACFA (American Cat Fanciers Association) admet cette nouvelle race qui rejoint officiellement ses registres en 1967. Cependant, il faudra plus de temps à la CCA (Canadian Cat Association) pour admettre cette nouvelle race de chat. En effet, après de nombreux échanges et refus, cet organisme reconnaîtra officiellement le Maine Coon en 1976.

En 1981, les premiers félins sont importés en France et reconnus par la FIFE (Fédération internationale féline d’Europe) en 1983, puis par le GCCF (Governing Council of the Cat Fancy) en 1986. Le Maine Coon ne deviendra vraiment populaire en France qu’à partir des années 1990, pour devenir le chat préféré des Français aujourd’hui. L’organisme en charge de la classification des chats de race en France est le LOOF, qui reconnait les Maine Coons depuis 1999.

Caractéristiques physiques du Maine Coon

Le Maine Coon est un grand chat assez facilement reconnaissable, mais parfois confondu avec le Sibérien ou le Norvégien. Voici les caractéristiques physiques principales de ce chat géant : 

1) La tête

Sa tête est d’une taille moyenne et ses pommettes sont assez marquées. Le museau est d’une forme carrée, fort et le menton est ferme – ces traits sont assez caractéristiques de ce chat. Son nez peut parfois être légèrement recourbé, et son front à peine bombé.

2) Les yeux

Ses yeux sont de forme ovale, grands, bien espacés et placés en oblique. Ils peuvent sembler ronds lorsqu’ils sont bien ouverts, c’est à dire que le chat est attentif ou dans un état d’excitation (jeu, herbe à chat, reproduction…). Toutes les couleurs sont acceptées (vert, doré, jaune…) et les yeux bleus ou vairons sont admis pour les Maine Coons blancs.

3) Les oreilles

Les oreilles du Maine Coon sont grandes et larges à la base, situées en haut de sa tête. On peut parfois constater des plumets (touffes de poils) à leurs extrémités, tel un lynx, et elles ne sont que peu pointues. Ces “oreilles de lynx” sont d’ailleurs très recherchées dans les élevages.

4) Son corps

On reconnaît ce grand chat par son corps rectangulaire, long, puissant (musculature développée) et sa large poitrine. Le Maine Coon est le plus grand chat du monde (domestique) avec le Savannah. Son corps reste proportionné et équilibré, malgré sa grande taille. Bien évidemment, son poids est plus élevé que la norme, car ce “gros chat” pèse en moyenne entre 6 – 9 kg (pour les mâles) et entre 4 – 6 kg (pour les femelles, plus petites également). La croissance de ce félin est assez lente, car il atteint sa taille / son poids final entre 3 – 5 ans.

5) Ses pattes

Imposantes, puissantes mais de taille moyenne, les pattes de cette race sont musclées et présentent, en général, de nombreux poils entre les pattes (touffes interdigitales). Les pieds sont ronds et, sans surprise, assez grands.

6) Sa queue

Large à la base et longue, elle doit finir en pointe. Lorsque celle-ci est repliée sur le dos du chat, elle doit au minimum atteindre l’omoplate du chat. La queue du Maine Coon est très fournie en poils (queue en plumeau) et bien proportionnée. On dit souvent qu’elle est touffue.

7) Ses poils 

Les poils de ce grand félin sont mi-longs et n’ont pas la même taille entre les flancs et le dos. Ils sont par exemple plutôt courts autour de la tête et des épaules, mi-longs sur le reste du corps et de grande taille sous le ventre et au niveau de la culotte. Très soyeuse et lisse, sa fourrure est une excellente protection contre le froid en hiver et les climats difficiles. Elle est aussi quasi imperméable.

8 ) Sa robe et son patron

La robe du Maine Coon peut largement varier d’un chat à l’autre, car presque toutes les couleurs sont admises (sauf le lilas, chocolat, colourpoint, cannelle / cinnamon et faon / fawn). Les patrons sont également tous acceptés (en théorie, car le ticked tabby est par exemple refusé par certaines fédérations félines).

En général, les robes / patrons les plus populaires sont le brun tigré (brown mackerel tabby) et le brun marbré (brown blotched tabby), mais le Main Coon peut aussi être roux, noir,

Comportement et caractère de ce « chat géant »

Dans la mesure où chaque félin est unique et que le caractère du chat est largement influencé par son histoire, son éducation ou encore son contexte d’élevage , il est délicat de donner des éléments précis sur le caractère d’une race (Maine Coon ou autre).

1) Un chat affectueux et sociable

On constate globalement que le Maine Coon est un chat doux, calme et très affectueux. Il apprécie les caresses et aime communiquer avec son entourage par le biais de petits miaulements ou roucoulements (on dit parfois qu’il est bavard). Très sociable, il aime la compagnie, y compris celle des étrangers. C’est un chat idéal pour les familles car il adore le contact humain et s’entend bien avec les enfants.

Il est également conseillé pour les personnes âgées car le caractère du Maine Coon est facile à vivre. La cohabitation avec d’autres chats, chiens ou animaux se fait en général très bien (même s’il s’agit ici de cas par cas).

2) Intelligent et joueur

Joueur, on dit parfois qu’il s’agit d’un “chat-chien” dans la mesure où il peut ramener les souris en peluche ou autres jouets que vous lui lancez. Pour le bien-être de votre félin, pensez à lui proposer un coin dédié au jeu et à la détente, notamment en installant un arbre à chat adapté à sa grande taille.

Le Maine Coon est tellement câlin qu’il peut se montrer “pot-de-colle”, marchant derrière vos pas, à l’affût de la moindre attention. Très intelligent, il est capable de participer à des jeux cognitifs assez élaborés et vous surprendra par sa capacité à communiquer avec vous, par le regard ou par les sons (roucoulements, miaulements…).

Il peut être dressé assez facilement et pourrait même vous accompagner lors de vos balades (avec un harnais ou une laisse pour chat adaptée).

3) Besoin d’espace et d’un accès à l’extérieur

Même si le Maine Coon présente une musculature puissante, ce chat géant n’aime pas pour autant les grands efforts et préfère les balades tranquilles à l’extérieur. C’est, en général, un chat qui a besoin d’espace, d’un accès à l’extérieur et il est donc préférable d’avoir une maison avec jardin pour l’accueillir. Dans certains cas, s’il a été habitué tout petit, il peut s’adapter à la vie en appartement (tout dépend du chat encore une fois).

Le Maine Coon est aussi un grand chasseur qui n’est pas effrayé par les gros rats ou autres nuisibles. Il faudra ainsi surveiller votre gros chat lorsqu’il s’aventure dehors, car son terrain de chasse l’amène parfois à s’éloigner considérablement de la maison.

4) Un chat aquatique

On constate que le Maine Coon aime en général l’eau. Vous le retrouverez peut-être aux alentours de la baignoire si vous oubliez de fermer la porte ! Il n’est normalement pas nécessaire de laver un chat, mais si cela devait arriver, votre félin devrait (en théorie) se montrer assez coopératif.

La santé du Maine Coon

Les chats de race peuvent présenter des prédispositions à contracter certaines maladies spécifiques et le Maine Coon n’en est malheureusement pas exclu. Voici les principales à surveiller chez ce grand chat : 

1) Cardiomyopathie hypertrophique féline (HCM)

On compte parmi les plus fréquentes la cardiomyopathie hypertrophique féline, qui n’est en fait pas une maladie cardiaque mais un syndrome commun à de nombreuses autres maladies. Les effets sur le chat consistent en un épaississement des parois du coeur, ayant un impact direct sur son fonctionnement à court, moyen ou long terme. Ce syndrome touche tous les chats, mais le Maine Coon semble plus affecté que les autres.

Des tests ADN permettent aujourd’hui de déceler, en partie, ce gêne et les centres de cardiologie travaillent dans le sens d’une éradication future de ce syndrome. Cependant, la fiabilité de ces tests n’est pas absolue.

2) Dysplasie des hanches

Il s’agit d’une malformation des articulations des hanches, relativement fréquente chez les Maine Coons, pouvant à long terme entraîner des problèmes aux articulations ou encore se manifester sous forme d’arthrose.

3) Atrophie musculaire spinale

Cette maladie, relativement rare chez le Maine Coon, consiste en une dégénérescence des neurones dont la fonction est d’activer les muscles du chat. Il est possible de réaliser des tests ADN pour en vérifier la présence chez votre animal.

Comment prendre soin de son chat ?

Tous les chats ont besoin d’une attention particulière de votre part vis-à-vis de leur hygiène et santé. Il convient donc de suivre les bonnes pratiques pour préserver leur bien-être et favoriser leur longévité. L’espérance de vie moyenne d’un Maine Coon est d’ailleurs de 13 à 20 ans (voir ici pour l’équivalent en âge humain).

1) Les impératifs santé

Les vaccins (coryza, rage, typhus, leucose…), vermifuges, traitements anti-puces / anti-tiques sont, par exemple, les premières consignes à respecter. En complément, des visites fréquentes chez le vétérinaire sont également recommandées afin de déceler d’éventuels problèmes de santé.

2) Le brossage

Le brossage hebdomadaire de votre Maine Coon est aussi une pratique à adopter, permettant de retirer les noeuds de sa fourrure et favorisant le bon soin de ses poils. Dans la mesure où ce félin a le poil mi-long, il est fort probable que celui-ci ingère une grande quantité de poils morts lors de sa toilette (surtout lors des périodes de mues), pouvant par la suite créer des boules de poils, et dans des cas plus graves, des occlusions intestinales.

Brosser votre chat est donc le meilleur moyen de le garder en bonne santé. Lorsque celui-ci est en phase de mue, nous vous recommandons de le brosser plus fréquemment que d’habitude (1 fois par jour idéalement).

Pour effectuer le brossage convenablement, nous vous recommandons une brosse adaptée aux poils mi-longs de votre animal. Notre préférée étant celle de la marque Furminator, qui est à la fois ergonomique et efficace, permettant de retirer les poils en douceurs.

3) L’assurance pour chat

Vous pouvez également souscrire à une mutuelle santé pour chat afin de vous assurer de pouvoir subvenir à ses éventuelles traitements médicaux, si celui-ci devait rencontrer quelques soucis de santé (maladies héréditaires, accidents…).

4) L’alimentation du Maine Coon

On entend souvent parler d’alimentation spécialement conçue pour une race de chat, comme par exemple, les « croquettes pour Maine Coon », et de nombreuses entreprises ont su exploiter ces appellations dans une optique marketing. Cependant, il n’y a pas réellement de besoins spécifiques à couvrir selon la race de votre animal de compagnie, mais davantage selon son âge, sa croissance, ses éventuels problèmes de santé…

Le Maine Coon, par exemple, a une croissance relativement tardive car il atteint l’âge adulte entre 3 et 5 ans. Il est donc conseillé de lui apporter des croquettes pour chaton (ou de la pâtée) dans son jeune âge, car plus riches en nutriments, permettant de couvrir tous ses besoins alimentaires. Par la suite, une alimentation pour chat adulte sera nécessaire.

Pour donner des croquettes ou de la pâtée de qualité à votre chat, il est préférable de choisir des aliments à forte teneur en viande (+50%) et faible teneur en céréales, pour un taux de graisse réduit (12% – 20%). En général, les aliments “premium” respectent ces caractéristiques, mais tout dépend de la marque choisie.

Comme mentionné plus haut, les Maine Coons ont beau avoir une ossature impressionnante et un long corps puissant, ce ne sont pas des chats très sportifs. De ce fait, ils sont sujets à l’engraissement, surtout s’ils vivent en appartement. Il vous faudra donc surveiller l’apport calorique de votre animal pour ne pas vous retrouver avec un “très gros chat” à la maison.

Comment adopter / où acheter un Maine Coon ?

On considère un chat comme appartenant à la race du Maine Coon à condition que celui-ci ait un pedigree LOOF, soit une traçabilité de sa descendance (parmi les 5 chats fondateurs de la race). Pour obtenir un chat de race, il convient alors de prendre contact avec un éleveur spécialisé et reconnu. Sans un pedigree reconnut par le LOOF, le chat ne peut prétendre qu’à l’appellation « chat d’apparence » Maine Coon.

Le prix d’achat du Maine Coon en élevage est en moyenne de 450 € à 1700 €, selon le sexe du chat (mâle / femelle), l’âge (chaton, chat adulte, vieux chat) ou encore les caractéristiques physiques (robe, taille, poils, tête…).

Avant d’adopter / acheter un chat ou chaton en chatterie, nous vous recommandons fortement de vous rendre sur place pour juger du sérieux du professionnel, des conditions de vie des chats et de la bienveillance des éleveurs. Qui plus est, assurez-vous que vous êtes suffisamment documenté sur les conditions d’adoption, les bons réflexes à suivre, les accessoires à se procurer afin que votre chat ne manque de rien une fois chez vous.

Si vous adoptez un chaton Maine Coon, il faudra attendre que celui-ci soit sevré et grandisse suffisamment avec sa mère pour que son éducation soit complète. En effet, adopter un chaton avant 10 semaines n’est absolument pas recommandé, car celui-ci peut présenter des troubles du comportement par la suite.

Partagez l'article avec vos amis ! 🐈❤️

Rechercher

Catégories

Soyez les premiers à lire nos articles ! 🐱

Donnez-nous votre avis sur cet article !

Laissez un commentaire





TOUT L'UNIVERS CHAT SUR