Skip to content
Menu
Profile-de-Chat-5

Chat qui éternue : causes, symptômes et traitements

29 novembre 2019 -

Partagez l'article avec vos amis ! 🐈❤️

Comme c’est le cas pour beaucoup de mammifères, il arrive que le chat éternue. Ce phénomène surprenant peut inquiéter les propriétaires de ces adorables boules de poils. Mais est-ce qu’un chat qui éternue est forcément malade ? Doit-on s’en inquiéter et le conduire chez le vétérinaire ? Et comment soulager un chat enrhumé ? Dans cet article, nous vous révélons tout ce qu’il faut savoir sur l’éternuement du chat !

Qu’est ce que l’éternuement du chat ?

L’éternuement est un réflexe qui permet de protéger le système respiratoire en expulsant les particules indésirables. Un chat éternue en cas de gène dans l’appareil respiratoire supérieur, tandis qu’il tousse plutôt en cas d’atteinte de l’appareil respiratoire profond. Lors de l’éternuement, le diaphragme et les muscles intercostaux se contractent brutalement. L’air contenu dans les poumons est alors éjecté de façon violente et brutale. Cela permet de rejeter hors du corps les microbes qui pourraient avoir pénétré dans le système respiratoire.

L’éternuement est donc une réaction parfaitement normale lorsque des poussières ou autres produits irritants pénètrent dans le nez. Mais il peut aussi être causé par certaines maladies. Notons que, contrairement à l’humain qui éjecte l’air à la fois par le nez et la bouche, un chat qui éternue le fait uniquement avec ses narines.

Pourquoi mon chat éternue ?

Un chat qui éternue peut le faire pour des raisons très variées, qui peuvent aller d’une petite irritation à une pathologie grave. Il est donc utile de connaître les différentes causes d’éternuement chez le chat pour aider au diagnostic.

1) Son nez est bouché

Nos petits félins sont de grands curieux qui aiment explorer leur territoire. Et comme l’odorat est un sens très développé chez le chat, il se sert de son nez pour découvrir son environnement ! Il est donc assez fréquent que des petits corps étrangers tels que de la terre ou un brin d’herbe entrent dans les fosses nasales. Le chat va alors éternuer de façon répétitive jusqu’à ce que l’objet soit expulsé.

2) Il a respiré une substance irritante ou allergène

Un chat peut éternuer parce qu’il a respiré une substance qui lui a irrité la muqueuse nasale : produit d’entretien, produit chimique, poussière, parfum, fumée de cigarette… Plus rarement, il peut aussi présenter une rhinite allergique en cas de contact avec certains allergènes tels que le pollen ou les acariens.

3) Il a un petit rhume

Divers virus, bactéries et champignons peuvent provoquer chez le chat des maladies bénignes qui déclenchent des éternuements. Ces maladies sont comparables à un rhume sans gravité chez le chat.

4) Il souffre du coryza ou « grippe du chat »

L’une des causes les plus fréquentes d’éternuement chez le chat est le coryza. Il s’agit d’une maladie virale très contagieuse et potentiellement grave. Elle peut être causée par différents virus et aggravée par une atteinte bactérienne. Le coryza provoque une inflammation de la muqueuse nasale qui déclenche les éternuements. En fonction du virus et des bactéries présentes, le chat peut aussi tousser, souffrir de conjonctivite, avoir les yeux qui coulent et présenter des ulcères dans la bouche.

La grippe du chat ne se guérit jamais totalement : le virus reste présent dans l’organisme et peut se réactiver régulièrement. Notons que cette maladie est particulièrement susceptible de toucher les chatons qui n’ont pas encore été vaccinés.

5) Il a une tumeur dans le nez

Différents types de tumeur dans la cavité nasale peuvent provoquer des éternuements répétitifs chez le chat. Ces tumeurs peuvent être bénignes, c’est le cas des polypes qui provoquent une gène mécanique. Elles peuvent malheureusement aussi être cancéreuses, principalement chez les chats âgés.

6) Il souffre d’une infection dentaire

Les éternuements peuvent aussi être causés par l’inflammation d’une dent de la mâchoire supérieure. En effet, dans ce cas, la racine étant proche des cavités nasales, il arrive que des bactéries migrent dans les sinus.

7) Il présente une fente palatine

La fente palatine est un trou dans le palais, qui crée une communication entre la bouche et le nez. Elle peut être due à une malformation de naissance, ou être causée par un accident. La muqueuse nasale est ainsi sensibilisée, ce qui peut provoquer des éternuements, et les infections sont fréquentes.

Symptômes associés chez un chat qui éternue

Comme nous l’avons déjà dit, l’éternuement est une brutale éjection d’air. Dans la plupart des cas, si le chat est malade, ce symptôme est associé à d’autres :

1) Mucus (jetage) et traces de sang

En cas d’infection virale, l’éternuement est accompagné d’une expulsion de mucus par le nez. On appelle cela le jetage. En cas d’infection des voies respiratoires, ce mucus est fréquemment épais et purulent (jaunâtre ou verdâtre). Il arrive également qu’il présente des traces de sang. Notons que le chat peut présenter un écoulement nasal entre les crises d’éternuements.

2) Écoulements oculaires (larmes)

Les éternuements peuvent parfois être accompagnés d’écoulements oculaires. Comme l’écoulement nasal, l’écoulement oculaire peut être clair ou purulent, et plus ou moins abondant. On parle couramment de « chat qui pleure » quand des larmes apparaissent au coin de ses yeux.

3) Toux (grippe féline)

Il arrive aussi que le chat tousse en plus d’éternuer. En particulier, la toux est souvent présente si le chat est atteint de grippe féline. Dans le cas où les narines du chat sont bouchées, le chat peut présenter un ronflement. Si le système respiratoire profond est atteint, la respiration risque d’être difficile et sifflante.

4) Fièvre, fatigue, perte d’appétit

Enfin, le chat enrhumé peut avoir de la fièvre, être abattu ou sembler en détresse et perdre l’appétit. Surveillez bien ces symptômes, surtout s’il s’agit de chatons.

5) Déformation du museau / des sinus

Signalons aussi que certaines pathologies peuvent provoquer une déformation du museau du chat ou de la région des sinus (comme par exemple la cryptococcose).

Quand consulter un vétérinaire si mon chat éternue ?

Nous l’avons vu, un chat qui éternue n’est pas forcément malade. Cependant, ce phénomène peut aussi être le signe d’une pathologie potentiellement grave. Mais alors, comment savoir quand il est nécessaire de consulter un vétérinaire ?

Éternuements sans symptômes associés

Tant que les éternuements ne sont pas répétitifs et ne sont accompagnés d’aucun autre symptôme, il n’y a pas de raisons de s’inquiéter. Si le chat n’éternue pas trop souvent et présente un écoulement nasal léger et clair, attendez un à trois jours ; en l’absence d’amélioration, consultez un vétérinaire. Faites bien sûr de même si les éternuements deviennent très répétitifs ou si vous constatez l’apparition d’autres symptômes.

Éternuements accompagnés d’autres symptômes

Il est nécessaire de consulter rapidement un vétérinaire si les éternuements sont accompagnés d’un ou plusieurs symptômes associés que nous avons listés précédemment. En effet, tous ces signes peuvent indiquer une pathologie grave, telle qu’une infection sévère par l’un des virus du coryza. Il est nécessaire d’agir le plus vite possible, l’état général du chat pouvant se dégrader très rapidement.

Ceci est d’autant plus vrai dans le cas d’un chaton ou d’un animal âgé ou déjà malade. Il faut savoir qu’une grippe féline non traitée ou traitée trop tardivement peut entraîner le décès de l’animal. Ce n’est donc pas une pathologie à prendre à la légère !

Comment diagnostiquer l’éternuement du chat ?

Si votre chat éternue souvent, il est utile de bien l’observer afin de fournir au vétérinaire des informations qui l’aideront dans son diagnostic. Notez bien toute apparition de symptômes associés. En cas de jetage, essayez de déterminer s’il est produit par une seule narine ou par les deux. En effet, un jetage d’un seul côté orientera plutôt le vétérinaire sur la piste d’un corps étranger ou d’une irritation. Un jetage bilatéral, quant à lui, correspondra plutôt à une maladie infectieuse.

En cas de doutes sur le diagnostic, le médecin pourra recourir à des examens approfondis :

  • analyse sanguine ;
  • analyse des écoulements nasaux et oculaires ;
  • rhinoscopie (exploration de l’intérieur du nez au moyen d’une petite caméra) ;
  • radiographie ou encore scanner.

Grâce à ces différentes analyses, le vétérinaire sera en capacité de vous fournir un diagnostic précis et de soigner le chat en conséquence.

Mon chat éternue : comment le soulager ?

Si le vétérinaire a prescrit un traitement à votre chat, la première chose à faire est bien sûr de lui administrer. Mais vous pouvez également faire certains gestes pour aider votre compagnon à se sentir mieux.

1) Nettoyez le nez du chat

Un chat enrhumé peut être très gêné par son nez qui coule. Il ne peut évidemment pas se moucher, mais vous pouvez le soulager. Nettoyez régulièrement son nez avec un coton imbibé d’eau tiède.

2) Gardez la pièce humide

Essayez également de placer votre chat dans l’atmosphère la plus humide possible : vous pouvez par exemple l’installer dans la salle de bain et faire couler de l’eau bien chaude pour générer de la vapeur d’eau. L’humidité de l’air va favoriser l’écoulement nasal et diminuer ainsi la congestion du nez.

3) Soulagez les yeux de votre chat

En cas d’écoulement oculaire, vous pouvez également nettoyer les yeux de votre chat à l’aide d’une compresse imbibée de sérum physiologique.

4) Réchauffez ses plats préférés

Un chat qui a le nez bouché ne peut pas sentir sa nourriture. Il présente donc souvent une diminution de l’appétit. Afin de l’aider à manger, servez-lui ses aliments préférés et faites-les légèrement chauffer pour en renforcer l’odeur. En cas d’irritation de la gorge, préférez la pâtée aux croquettes.

Prévention et bons réflexes

Le meilleur moyen de protéger votre chat est de le faire vacciner. Cette précaution est particulièrement importante chez les chatons et les chats âgés. Le vaccin contre le coryza peut être administré dès les huit semaines du chaton. Il consiste en deux injections à un mois d’intervalle, suivies de rappels annuels.

Si le vaccin n’est malheureusement pas efficace contre toutes les souches de la grippe féline, il apporte tout de même une bonne protection à votre chat. En cas de coryza déclaré, la vaccination peut également avoir une action bénéfique en renforçant le système immunitaire, diminuant ainsi la fréquence et le gravité des récidives.

Si vous possédez plusieurs chats et que l’un d’eux est malade, essayez de le tenir à l’écart des autres afin d’éviter la contagion. Pensez également à éloigner sa gamelle de celles de ses congénères.

Partagez l'article avec vos amis ! 🐈❤️

Rechercher

Catégories

Soyez les premiers à lire nos articles ! 🐱

Donnez-nous votre avis sur cet article !

Laissez un commentaire





TOUT L'UNIVERS CHAT SUR