La gale du chat : une maladie cutanée causée par des acariens

16 septembre 2020 -

Trouvez une assurance chat à petit prix...

Pour garder votre chat en bonne santé toute l'année, sans vous ruiner !

gale du chat

Votre chat se gratte sans cesse ? Il a des plaques rouges ou des croûtes ? Peut-être souffre-t-il de la gale… Cette maladie de peau causée par des parasites peut toucher les chats de tout âge, et causer des démangeaisons au niveau des oreilles, et plus rarement sur le reste du corps. Dans cet article, nous vous disons tout sur les différents types de gale, les symptômes, les modes de contamination, ainsi que les méthodes pour prévenir ou soigner la gale du chat.

Qu’est-ce que la gale du chat ?

La gale est une maladie inflammatoire de la peau causée par de petits acariens, dont la taille varie entre un quart de millimètre et un demi-millimètre. Dans certains cas, les femelles creusent des galeries dans la peau pour y déposer leurs œufs. Ceux-ci éclosent au bout de quelques jours, multipliant le nombre de parasites, ce qui provoque l’extension des lésions. Dans d’autres formes de gale, les acariens causent des piqûres qui entraînent des irritations.

Les micro-tunnels dans la peau ou les piqûres s’accompagnent de réactions allergiques, provoquant une inflammation de la peau que l’on qualifie de dermatite. La gale entraîne chez les animaux touchés des démangeaisons importantes, une chute des poils, et des lésions cutanées qui présentent un risque d’infection. Elle peut toucher les chatons aussi bien que les chats adultes.

Quels sont les différentes formes de gale ?

Il existe différentes formes de gale, causées par différents types d’acariens. Chez le chat, on distingue la gale des oreilles de la gale du corps.

La gale des oreilles

La gale des oreilles, aussi appelée gale auriculaire ou gale otodectique, est causée par l’Otodectes cynotis. C’est le type de gale le plus fréquemment rencontré chez le chat, en particulier sur les chatons. Comme son nom l’indique, elle touche les oreilles, et plus précisément l’intérieur du conduit auditif. Elle se manifeste par des écoulements noirâtres, qui peuvent causer des complications telles que des otites, et même une perforation du tympan dans les cas les plus graves.

La gale du corps

Lorsqu’un chat est touché par la gale du corps, les lésions cutanées peuvent toucher l’ensemble du corps, en particulier la tête, les coudes et les genoux, le ventre et la poitrine. On distingue deux types de gale du corps chez le chat : la gale notoédrique et la gale sarcoptique.

  • La gale notoédrique, causée par le Notoedres Cati, est assez fréquente chez le chat. Elle se rencontre aussi bien chez les chatons que chez les adultes, et peut également toucher le chien et l’homme (même si cela reste rare). Elle apparaît généralement dans la région qui entoure des oreilles, et s’étend ensuite au reste de la face, au cou, puis au corps tout entier. La gale notoédrique est très rare en France métropolitaine (elle semble avoir disparu), mais bien présente dans certains pays limitrophes, dont l’Italie, et dans une partie des DOM-TOM, dont La Réunion.
  • La gale sarcoptique, due au Sarcoptes Scabiei concerne principalement le chien, mais elle peut également contaminer les chats, surtout lorsque les deux espèces cohabitent au sein du même foyer. Elle provoque des démangeaisons intenses particulièrement pénibles à supporter pour l’animal touché. De plus, elle témoigne souvent d’un affaiblissement du système immunitaire, ce qui peut mettre la santé du chat en danger en le rendant plus sensible aux infections.

Les causes et origines de la gale du chat

La gale du chat est due à une infestation par différents types d’acariens. Elle est favorisée par les contacts entre animaux, qu’ils soient directs ou indirects, par l’intermédiaire de tissus ou de matériel contaminé.

Le Notoedres Cati

Le Notoedres Cati est un acarien de forme circulaire, à huit pattes, qui mesure environ 0,15 mm pour le mâle et 0,3 mm pour la femelle. Il est fréquent chez le chat et les rongeurs tels que les souris, les hamsters et les lapins, mais peut aussi être présent chez le chien. Il provoque la gale notoédrique (gale du corps), qui occasionne des lésions autour de la tête puis sur le reste du corps en l’absence de traitement. La femelle creuse des galeries sous la surface de la peau, et y dépose ses œufs qui vont à leur tour éclore au bout de quelques jours.

Le Sarcoptes Scabiei

Le Sarcoptes Scabiei a globalement la même forme que le Notoedres Cati, mais sa taille est légèrement supérieure : 0,25 mm pour le mâle, et jusqu’à 0,5 mm pour la femelle. Il existe plusieurs variantes du Sarcoptes Scabiei, chacune étant spécifique à une espèce de mammifères donnée. Cependant, des contaminations entre espèces restent possibles. Le Sarcoptes Scabiei est responsable de la gale sarcoptique qui, tout comme la gale notoédrique, touche l’ensemble du corps. Tout comme le Notoedres Cati, il creuse des tunnels dans l’épiderme de son hôte.

L’Otodectes cynotis

L’Otodectes cynotis cause la gale des oreilles et se rencontre bien plus fréquemment que les deux précédents. Contrairement à eux, il ne creuse pas de galeries dans la peau, mais vit à sa surface, à laquelle il se fixe en utilisant ses longues pattes munies de ventouses. Un rostre situé à l’extrémité de sa tête lui permet de transpercer la couche supérieure de l’épiderme. Il se nourrit des cellules de peau mortes, du sébum et des sécrétions entraînées par la réaction inflammatoire aux piqûres.

Quels sont les symptômes de la gale du chat ?

Une série de symptômes peuvent alerter les propriétaires d’un chat atteint de gale. Les symptômes que l’on repère en premier sont comportementaux. Ils poussent à examiner la peau du chat de plus près, ce qui permet de repérer les lésions.

Symptômes de la gale du corps

On constate les symptômes suivants lorsqu’un chat est atteint de gale du corps.

  • Les démangeaisons. On les qualifie également de prurit. Elles peuvent être extrêmement intenses, poussant le chat atteint de gale à se gratter de façon frénétique, parfois jusqu’à se blesser.
  • La chute des poils. En se grattant, le chat s’arrache des poils, jusqu’à provoquer l’apparition de zones complètement nues. La chute des poils peut également être causée par l’apparition de lésions importantes à la surface de la peau.
  • L’agitation. Les démangeaisons provoquent chez le chat un stress important, et l’empêchent de se reposer tranquillement. Il est agité, toujours en mouvement.
  • Le léchage. En se grattant, le chat provoque des lésions cutanées, ou aggrave celles déjà causées par le parasite lui-même. Il va alors lécher ses plaies de façon compulsive.
  • L’irritation de la peau. Dans les zones infectées, la peau présente une inflammation qui se traduit par des rougeurs et une sensation de chaleur au toucher. Elle se couvre de petits boutons et de croûtes. Un eczéma peut également apparaître, et la peau peut se mettre à peler. Les lésions sont souvent aggravées par le grattage excessif.
  • Le changement d’aspect de la peau. L’irritation importante de la surface de la peau conduit à un épaississement de celle-ci ; on parle alors de lichénification. La peau peut également présenter une coloration anormale, rosée dans un premier temps, pour tendre ensuite vers le brun.

Symptômes de la gale des oreilles

Dans le cas de la gale des oreilles, les symptômes sont les suivants :

  • Les écoulements de cérumen noir. En raison de l’irritation causée par les piqûres des acariens dans le conduit auditif, l’oreille produit une quantité excessive de cérumen. Celui-ci a un aspect foncé, et a tendance à sécher, créant des croûtes friables rappelant le marc de café.
  • La mauvaise odeur. Dans certains cas, une odeur désagréable peut se dégager des oreilles du chat.
  • Les mouvements brusques de la tête. Les chats atteints de gale auriculaire ont tendance à secouer la tête brusquement, comme pour expulser un corps étranger de leurs oreilles.
  • Les démangeaisons au niveau de l’oreille. Les chats concernés se grattent frénétiquement les oreilles.
  • Le réflexe audito-podal. Lorsqu’on touche l’oreille d’un chat touché par la gale auriculaire, il se met automatiquement à agiter compulsivement la patte située du même côté, comme s’il voulait se gratter.
  • Les lésions cutanées. L’irritation causée par les piqûres d’acariens peut causer une irritation de la peau, ainsi que des réactions allergiques, provoquant l’apparition de rougeurs, de croûtes et de boutons à l’intérieur de l’oreille. En se grattant, le chat a tendance à aggraver ces lésions, et à en créer de nouvelles.

La gale du chat est-elle contagieuse ?

La gale est une maladie de peau très contagieuse. Selon le type de gale, la transmission se fait principalement entre animaux de la même espèce, ou entre espèces différentes. De plus, la gale est une zoonose, ce qui signifie que c’est une maladie d’origine animale qui est transmissible à l’humain.

Une contagiosité différente en fonction du type de gale

La gale notoédrique touche presque exclusivement les chats. Toutefois, dans de rares cas, l’homme peut être contaminé. Le chien peut également être touché, même si cela demeure exceptionnel. L’acarien à l’origine de ce type de gale étant spécifique au chat, il ne peut se reproduire efficacement sur l’homme ou le chien.

La gale sarcoptique est une maladie des canidés, en particulier le chien et le renard. Toutefois, les chats dont les défenses immunitaires sont affaiblies peuvent l’attraper, en particulier s’ils vivent en compagnie d’un chien infecté. L’homme peut également être contaminé par contact avec des animaux de compagnie chez qui l’acarien est présent. Il présente alors des boutons sur les zones touchées, le plus souvent les mains et les avant-bras. Tout comme l’acarien qui provoque la gale notoédrique, celui qui cause la gale sarcoptique est incapable de se reproduire sur la peau humaine. Les boutons disparaissent donc spontanément au bout de quelques jours.

La gale des oreilles est également très contagieuse entre chats, la contamination se faisant par simple contact. De plus, contrairement aux parasites de la gale du corps, les acariens à l’origine de la gale auriculaire sont capables de survivre très longtemps en milieu extérieur. Lorsque plusieurs chats vivent dans la même maison, il est recommandé de tous les mettre sous traitement dès lors que l’un d’entre eux est touché. Ce type de gale se transmet particulièrement facilement et rapidement entre chatons.
Notons que la gale auriculaire n’est pas transmissible aux autres animaux et aux humains.

Les modes de contamination

Les parasites peuvent migrer d’un animal de compagnie à l’autre lorsqu’ils ont un contact direct, peau à peau. Mais ils sont également capables de survivre sans être portés par un animal hôte, jusqu’à deux jours pour ceux de la gale du corps, et bien plus longtemps pour ceux de la gale des oreilles.

Ils sont donc susceptibles de se déposer sur les coussins, la literie, et plus généralement toutes les surfaces sur lesquelles l’animal contaminé se couche. Ils peuvent également se retrouver sur des jouets, ou encore des instruments de toilettage mal nettoyés. Des animaux qui vivent sous le même toit, fréquentent les mêmes lieux et partagent des accessoires sont donc susceptibles de se contaminer les uns les autres, même en l’absence de contact direct.

Certaines conditions augmentent la durée de vie des parasites de la gale en milieu extérieur : des températures basses, et une humidité élevée.

La gale est-elle dangereuse pour la santé de mon chat ?

Les acariens qui provoquent la gale ne sont pas directement dangereux pour la santé du chat. La maladie est généralement bénigne, d’autant plus si elle est traitée à temps. Toutefois, les atteintes cutanées provoquées par la gale présentent un risque d’infection.

La gale des oreilles, quant à elle, peut entraîner des complications au niveau du tympan. De plus, les intenses démangeaisons occasionnées par la présence des parasites sont très gênantes pour le chat, et sont susceptibles d’avoir un impact très négatif sur sa qualité de vie.

Le risque d’infection

La gale provoquant des démangeaisons intenses, le chat se gratte frénétiquement, s’arrachant des poils. Le frottement répété aggrave les lésions déjà présentes, et il y a un risque de griffures. Dans le cas de la gale auriculaire, le chat se griffe fréquemment le pavillon ou l’arrière de l’oreille.

C’est particulièrement le cas chez les chatons, qui ont tendance à se gratter plus énergiquement et à être plus maladroits. Des bactéries présentes dans le milieu extérieur peuvent alors facilement s’introduire dans les plaies, causant des infections. Ce risque de surinfection bactérienne est d’autant plus élevé que le système immunitaire du chat est affaibli par la présence des parasites.

L’anxiété

Chez les chats déjà prédisposés à l’anxiété, la gène continue provoquée par les démangeaisons risque d’aggraver la situation. L’animal se montre alors très agité, et peut montrer une certaine agressivité, ainsi qu’un abattement ou une perte d’appétit.

Les complications de la gale auriculaire

La gale des oreilles s’accompagne d’une production anormalement importante de cérumen. Il arrive également que les vaisseaux sanguins superficiels se rompent, entraînant une accumulation de sang dans le conduit auditif.

La présence de ces fluides dans l’oreille provoque des inflammations, et un risque d’otite. Dans les cas les plus graves, il arrive que le tympan soit perforé, entraînant de vives douleurs et une perte d’audition.

Comment poser un diagnostic ?

Si vous soupçonnez que votre chat est atteint de gale, il est indispensable de le conduire chez le vétérinaire. Seul un professionnel sera capable de poser un diagnostic précis. Il va vérifier qu’il s’agit bien de la gale, et pas d’une autre maladie. Il va également déterminer le type d’acarien en cause, afin d’adapter le traitement.

Le vétérinaire commence par un examen clinique du chat, afin de repérer les lésions. Leur aspect et leur emplacement vont lui fournir une première indication. Il interroge également le propriétaire du chat, afin de faire le point sur les symptômes observés et sur les conditions de vie de l’animal.
Le professionnel va ensuite prélever des cellules de peau en grattant la surface des lésions.

En examinant ces prélèvements au microscope, il pourra constater la présence des acariens adultes ou de leurs larves. Cependant, les parasites ne sont pas toujours observables dans les prélèvements, en particulier dans le cas de la gale sarcoptique. Le vétérinaire n’est donc pas toujours en mesure de les observer.

Les parasites de la gale sarcoptique déclenchent une réponse immunitaire de l’organisme. Une prise de sang permet généralement de détecter la présence des anticorps par le biais d’un test sérologique. Toutefois, cette méthode n’est pas fiable à cent pour cent non plus.

Si tous les symptômes évoquent la gale du corps, le vétérinaire peut décider de traiter l’animal pour cette maladie, même si ni l’examen au microscope ni les analyses sanguines ne sont concluants. Dans le cas de la gale auriculaire, il suffit généralement de prélever un peu de cérumen pour pouvoir observer les parasites, à l’œil nu ou à l’aide d’un microscope.

Mon chat a la gale : quel traitement appliquer pour le soigner ?

Une fois le diagnostic posé, comment soigner la gale du chat ? Après avoir vérifié que votre chat souffre bien de la gale, et avoir déterminé précisément le type de gale dont il s’agit, le vétérinaire pourra prescrire un traitement adapté. Il sera également nécessaire d’appliquer des mesures d’hygiène à votre domicile, afin d’éviter la recontamination de votre chat ou la contagion de vos autres animaux de compagnie.

Les traitements vétérinaires

Le vétérinaire va soigneusement raser les zones lésées. Il pourra ensuite appliquer différents traitements, que vous devrez poursuivre à la maison, généralement pendant trois semaines au minimum. Il est important de suivre à la lettre le traitement prescrit. En effet, il est spécifiquement adapté au type d’acariens incriminé, au mode de vie de votre chat et à son état de santé.

  • Les traitements antiparasitaires à application externe. Leur but est d’agir directement contre les acariens à l’origine de l’affection cutanée. Ils peuvent se présenter sous des formes très différentes : shampoings, lotions, crèmes, poudres… Il existe également maintenant des traitements sous forme de pipettes, qui facilitent grandement l’application.
  • Les antiparasitaires par voie interne. Il peut être nécessaire de compléter le traitement externe par des comprimés qui vont faciliter l’élimination des parasites.
  • Les injections sous-cutanées. Les traitements cités précédemment sont parfois accompagnés d’injections de produit directement au niveau des lésions.
  • Les anti-inflammatoires. En cas de réaction allergique, ou si le chat présente des plaies, un anti-inflammatoire peut être prescrit en complément des traitements spécifiques.

Le nettoyage des oreilles

Dans le cas de la gale auriculaire, vous devrez nettoyer soigneusement les oreilles de votre chat plusieurs fois par semaine à l’aide d’un produit adapté, afin d’enlever le cérumen et les autres sécrétions dues à l’inflammation.

Les mesures d’hygiène au domicile

Il est également nécessaire de détruire tous les acariens qui peuvent avoir été déposés par le chat malade à différents endroits de votre domicile. C’est particulièrement le cas lorsqu’il s’agit de gale auriculaire, très contagieuse, dont les parasites peuvent vivre longtemps sur des textiles ou d’autres surfaces. Vous devrez donc désinfecter tous les accessoires utilisés par votre chat, et traiter vos différents textiles à l’aide de produits acaricides.

Existe-t-il des traitements naturels contre la gale du chat ?

Beaucoup de propriétaires préfèrent soigner leurs animaux de compagnie au moyen de remèdes naturels, lorsque cela est possible. Malheureusement, il n’existe pas de traitement maison véritablement efficace pour soigner la gale du chat. Il est donc indispensable de consulter un vétérinaire si vous pensez que votre chat est atteint de cette maladie cutanée.

Peut-on prévenir la gale chez le chat ?

Afin de prévenir la gale du chat, il est nécessaire de lui appliquer régulièrement un traitement antiparasitaire, qu’il soit un chaton ou un adulte. Ces traitements préventifs ne permettent pas d’éviter tous les cas de gales, mais ils réduisent tout de même fortement le risque que votre chat soit infecté.

Nettoyer régulièrement les accessoires de votre chat, en particulier les coussins et le matériel de toilettage, permet également de réduire le risque de prolifération des acariens.

Quels sont les autres parasites qui provoquent des maladies de peau chez le chat ?

Les acariens à l’origine de la gale ne sont pas les seuls parasites à pouvoir provoquer des problèmes de peau chez le chat. C’est pourquoi il est toujours nécessaire de consulter un vétérinaire si votre chat semble souffrir d’une maladie cutanée. Seul un professionnel pourra faire un diagnostic précis, afin de prescrire un traitement adapté.

La cheylétiellose, aussi appelée pseudo-gale, est elle aussi causée par la présence d’un acarien, le Cheyletiella blakei. Elle se traduit par des démangeaisons et la formation de pellicules, en particulier chez les jeunes chats. Les adultes sont généralement asymptomatiques.

La teigne, quant à elle, est causée par un champignon. Elle touche plus particulièrement les races à poil long comme le Persan, et on la rencontre surtout chez les chatons. Elle provoque la chute des poils sur les zones touchées, ainsi que des lésions cutanées. Très contagieuse, elle peut passer inaperçue chez certains individus qui présentent des symptômes très discrets ou sont totalement asymptomatiques.

Enfin, il arrive que les piqûres de puces et de tiques provoquent des réactions cutanées allergiques et inflammatoires.

Catégories 🐈

Suivez-nous ! 😻

Soyez les premiers à lire nos articles !

À propos 💬

Vous souhaitez en savoir plus sur Le Monde des Chats et son projet ?

Découvrir

Rechercher 🔎

À lire absolument... 📢