Persan : tout savoir sur ce chat calme et majestueux

17 février 2020 -

Avec sa longue fourrure soyeuse et son museau écrasé, le Persan est reconnaissable entre mille ! Sa beauté et son caractère tranquille ont fait de lui un chat très populaire. Au niveau mondial, il serait même le chat de race le plus courant. Descendant des chats angoras orientaux, il a fait l’objet d’une sélection intense afin de développer son apparence unique. Réservé et indépendant, il n’en est pas moins un compagnon particulièrement attachant, docile et fidèle.

Mais, si vous décidez d’adopter un Persan, vous devez tout de même être conscient d’une chose. Plus encore qu’un autre animal de compagnie, sa survie dépend totalement des soins qui lui sont prodigués par les humains qui ont la chance de vivre à ses côtés !

Carte d’identité du Persan

Poil : long
Taille : moyen
Robe : toutes couleurs, tous patrons
Origine : Turquie
Prix moyen : 800-2 000 €

Race ancienne. Très calme, aime le confort, hostile au changement. N’aime pas trop être manipulé. Accepte bien la solitude. Nécessite un brossage quotidien.

Historique de la race

Le Persan est probablement issu des chats angoras d’Asie Mineure. Il s’agit de l’une des premières races créées par l’homme à partir de races naturelles. Apparue en Grande-Bretagne, elle est devenue l’une des races les plus connues dans le monde entier. Un long travail de sélection a permis d’aboutir au Persan tel qu’on le connaît aujourd’hui.

L’arrivée des chats angoras en Europe

Le Persan descendrait de l’Angora Turc, race ancienne à poils longs originaire de Perse. C’est cette origine supposée qui a donné son nom au Persan. Ces chats angoras auraient été ramenés de Perse en Italie au début du XVIIe siècle par l’explorateur Pietro della Valle. À la même époque, des chats à poils longs furent également importés de Turquie par le Français Nicolas-Claude Fabri de Peiresc.

Il est possible que les félins ramenés par les deux explorateurs aient en fait appartenu à la même espèce. On pense que d’autres chats à poils longs furent aussi importés de Russie au XVIIIe siècle. Georges-Louis Leclerc de Buffon décrit ces chats comme des angoras bleus. Des analyses génétiques récentes montrent que les Persans actuels auraient plus de similitudes avec ces chats russes qu’avec l’Angora Turc.

Avant l’introduction de ces chats angoras, il n’existait que des races à poils courts sur le continent européen. Les chats angoras gagnèrent rapidement une grande popularité parmi les membres de l’aristocratie italienne, puis française. Ils furent ensuite introduits en Grande-Bretagne, où ils connurent tout de suite un grand succès. Les Anglais commencèrent par appeler ces chats au long pelage soyeux « Chat des Français ». Ils finirent par les nommer tout simplement longhair, littéralement « poils longs ». Lors de la première exposition féline à Londres en 1871, les chats longhair étaient représentés aux côtés des British Shorthair.

De l’angora au Persan

Les éleveurs britanniques croisèrent les chats angoras avec le British Shorthair, afin d’obtenir un chat à poils longs tout en rondeurs. C’est ainsi que naquit le Persan actuel. Le standard de la race fut établi en 1889 par Harrison Weir, père de la félinotechnie. Les premiers Persans étaient de couleur unie, bleus, blancs, noirs ou roux. Le Persan bleu, notamment, gagna ses lettres de noblesse grâce à l’amour que lui portait la reine Victoria.

L’élevage du Persan se développa parallèlement en Grande-Bretagne et aux États-Unis. Les Américains s’attachèrent à obtenir un Persan plus rond et typé, et développèrent une grande diversité de couleurs. Au début des années 1930, ils créèrent le Persan peke-face, ou Persan pékinois en français. Cette variété se caractérise par une face extrêmement plate, évoquant celle des chiens Pékinois. De nos jours, les éleveurs sont toujours divisés entre les fidèles du type anglais, ou Persan doll-face, au nez plus long, et les adeptes du type américain. La race Persan a connu une popularité croissante au XXe siècle, jusqu’à devenir la race la plus représentée dans le monde. 

Persan Chinchilla, Himalayen, Exotic Shorthair… la grande famille du Persan

Certaines variétés de Persan ont connu un important développement, au point d’être parfois considérées comme des races à part entière. C’est le cas du Persan chinchilla et de l’Himalayen. Le Persan chinchilla a déjà une longue histoire. Il fut créé par Mme Vallance, une éleveuse britannique, dès la fin du XIXe siècle. Il s’agit en fait d’un Persan tipped silver shell, c’est-à-dire que ses poils sont blanc argenté à l’exception de la pointe, qui est colorée.

Le Chinchilla semble donc presque blanc, avec une légère ombre de couleur. Une autre particularité de cette variété est la teinte vert émeraude de ses yeux. Les Chinchillas ont tendance à avoir un nez plus long que les autres variétés, et à être plus petit. Le Persan Caméo, apparu dans les années 1930 aux États-Unis, est issu du croisement du Chinchilla et du Persan roux. Il s’agit d’un chat red silver shaded, ce qui signifie que son pelage est blanc argenté, avec un ombrage roux en raison de la coloration de l’extrémité des poils. Aux États-Unis, le Persan Caméo est reconnu comme une race à part entière.

Les Persans colourpoint sont également appelés Himalayen. Ils sont issus du croisement avec le Siamois. Dans certains pays, dont les États-Unis, l’Himalayen est considéré comme une race distincte du Persan. L’Exotic Shorthair est en fait un Persan à poils courts. Il a été obtenu par croisement avec l’American Shorthair, dans les années 1950. Les deux races ne sont pas clairement différenciées. En effet, il arrive que le gène « poils longs » réapparaisse dans une portée d’Exotic Shorthair. Ces chatons à poils longs sont alors considérés comme des Persans par certaines fédérations nationales.

Caractéristiques physiques du Persan

Le Persan est un chat massif, de taille moyenne à grande. Son corps trapu repose sur de courtes pattes robustes. Les spécificités marquantes de la race sont sa longue fourrure et sa tête très particulière. En effet, le Persan a un nez extrêmement court, ce qui lui donne une face aplatie caractéristique. Il fait partie des rares races chez lesquelles on peut trouver toutes les robes existantes dans le monde des chats. De la petite minette blanche avec son adorable nez retroussé au gros matou roux à l’air renfrogné, il y en a pour tous les goûts !

La tête

Le Persan a une tête ronde, relativement grosse par rapport au reste du corps. Son crâne large est en forme de dôme. Vue de face, la tête est ronde, avec des joues larges et des pommettes marquées. La rondeur générale est renforcée par la forme de l’ossature. L’expression est douce. Si on regarde le Persan de profil, le front, le nez et le menton sont tous trois sur la même ligne verticale. Le nez est large et court.

D’après le standard du LOOF, le front et le nez doivent être délimités par un stop profond, situé entre les deux yeux. Les narines doivent être bien ouvertes, afin d’éviter toute gêne respiratoire. Le museau est rond et large, avec un menton fort. Notons que la mâchoire du Persan est plus courte et étroite que celle des autres chats ayant un corps de taille comparable.

On distingue deux variantes extrêmes du Persan : le doll-face, ou « face de poupée », et le peke-face, littéralement « face de Pékinois », en référence à cette race de chien au museau aplati. Le doll-face correspond à l’ancien standard de la race, avec un nez un peu plus long et un stop moins marqué.

Il est encore privilégié par certains éleveurs, tant par choix esthétique que pour des raisons de santé respiratoire de l’animal. Chez le peke-face, le stop est très profond, et le nez, tellement remonté qu’il se situe quasiment entre les yeux. Ce dernier type est plus conforme au standard actuel du LOOF. Entre ces deux extrêmes, on trouve toutes les morphologies intermédiaires.

Les yeux

Les yeux du Persan, bien écartés, sont grands et ronds, avec une expression douce. Leur couleur, intense, est en accord avec celle de la robe. La gamme de couleurs est très étendue, allant du jaune au bleu en passant par le vert et l’émeraude. Les chats noirs, bleus et roux ont même des yeux orange cuivré. Chez les peke-face, les yeux ont tendance à être légèrement exorbités.

Les oreilles

Le Persan a de toutes petites oreilles presque rondes, étroites à la base et très éloignées l’une de l’autre. Une importante touffe de poils est implantée à l’intérieur de l’oreille.

Le corps

Le corps du Persan est massif et arrondi. Les épaules et les hanches, de même largeur, sont bien rondes. La poitrine est large, et la cage thoracique ainsi que l’abdomen sont arrondis. Le dos est droit. Le cou est très court, ce qui fait que la tête semble rentrée dans les épaules. Cette impression et renforcée par la présence d’une collerette de poils longs.

Les pattes

Les pattes sont courtes, droites et robustes, et les pieds sont massifs et ronds. On peut souvent observer des touffes de poils entre les orteils.

La queue

Le Persan porte une queue particulièrement fournie. Elle est courte, mais proportionnée au corps, avec une base épaisse et un bout arrondi.

Les poils

La fourrure du Persan, très dense, est longue sur l’intégralité du corps. Des poils plus longs forment une collerette très développée, qui se prolonge entre les pattes avant, et jusqu’au dessous du ventre. Les poils de cette collerette peuvent avoir une longueur de 20 cm, contre 10 cm sur le reste du corps.

Le Persan est la race de chat dont la fourrure est la plus longue. Le sous-poil est abondant, et donne du volume à la fourrure. En fonction de la saison, celle-ci peut être plus ou moins épaisse. Au toucher, le poil se révèle fin et particulièrement soyeux. La longueur du pelage est la seule chose qui différencie le Persan de sa variante à poils courts, l’Exotic Shorthair.

La robe et le patron

Toutes les robes et tous les patrons et motifs sont admis chez le Persan. Les premiers chats angoras à l’origine de cette race présentaient des robes uniformes. Les couleurs initiales étaient le noir, le blanc et le bleu. Les éleveurs ont ensuite développé les autres couleurs, ainsi que les robes point, tipped, smoke et tabby, et celles à panachures blanches.

Les robes point

On dit d’un chat qu’il a une robe point lorsque la couleur de base du pelage n’est visible que sur les extrémités du corps, appelées zones froides : pattes, queue, oreilles et masque. Le reste du corps est de couleur plus claire. En fonction de l’intensité du contraste, le chat est dit colourpoint, mink ou sepia.

Les robes tipped

Dans le cas des robes tipped, seule l’extrémité du poil porte la couleur de base du chat, le reste étant soit blanc argenté (cas des chats silver), soit doré (cas des chats golden). Si la coloration s’étend sur moins d’un huitième de la longueur du poil, le chat est silver shell, encore appelé chinchilla, ou golden shell ; si elle couvre entre un huitième et un quart du poil, le chat est silver shaded ou golden shaded. Un Persan black chinchilla est ainsi d’un gris très clair, presque blanc, même si sa couleur de base est le noir.

En effet, le noir n’apparaît que sous la forme d’une légère ombre grise sur certaines zones des pattes et de la face, et sur les oreilles. Les Persans à robe tipped doivent présenter un fin trait sombre dit « de maquillage » autour des yeux, du nez et des lèvres.

Les robes smoke

Les robes smoke sont constituées de poils colorés sur environ un tiers de leur longueur, la base étant blanc argenté. La véritable couleur du chat est donc beaucoup plus visible que dans le cas des robes tipped. En soulevant les poils, on distingue très clairement la base argentée, qui est plus marquée en hiver qu’en été. Chez les Persans smoke, la touffe de poils dans les oreilles est blanche et en forme de plumet.

Les robes tabby

Le Persan peut porter différents patrons tabby : le ticked, le spotted, le mackerel, et le blotched.

Les robes à panachures blanches

Les robes présentant des panachures blanches sont dites particolores. La robe de base peut être n’importe laquelle de celles citées précédemment. En fonction de la quantité de blanc, on trouve les motifs suivants :

  • le motif bicolore ou tricolore lorsque le blanc couvre entre 25 et 50 % de la surface du corps ; la plupart du temps, la zone blanche commence sous le nez, et s’étend sur la gorge, le dessous du ventre et les pattes ;
  • le motif arlequin lorsque le blanc couvre entre 50 et 80 % de la surface du corps ;
  • le motif van lorsque le blanc couvre la quasi-totalité du corps, à l’exception de la queue, des oreilles et de la zone autour de la base de chaque oreille.

Comportement et caractère du Persan

L’intense travail de sélection effectué sur le Persan depuis le XIXe siècle n’a pas concerné que l’aspect physique de la race. En effet, les éleveurs se sont également attachés à développer chez ce chat un caractère particulièrement doux et calme. Cette sélection a conduit à une disparition presque totale des instincts sauvages naturellement présents chez la plupart des autres chats domestiques.

Toutefois, rappelons que le caractère d’un chat ne dépend pas que de sa race. Chaque individu possède son tempérament propre, forgé tant par son héritage génétique que par son éducation et son environnement. Un Persan peut donc avoir un caractère assez éloigné du caractère standard décrit ici.

Un chat très paisible

Le premier mot qui vient à l’esprit pour décrire le caractère du Persan est : calme. Ce chat aime par-dessus tout somnoler tranquillement sur un coussin douillet. Il miaule très peu. Particulièrement casanier, il est très attaché à ses routines et redoute les changements. Il s’accorde très bien avec les habitudes de vie des personnes âgées.

Le Persan est d’un naturel doux et gentil, ce qui en fait un chat adapté aux familles avec des enfants. Il est toutefois nécessaire d’enseigner à ces derniers comment respecter sa tranquillité afin de ne pas le perturber. Ce chat sait tout de même apprécier les moments de jeux partagés avec ses colocataires humains, à condition que cela se passe dans le calme. Ses caractéristiques morphologiques ne lui permettent de toute façon pas de s’adonner à des jeux turbulents.

Le Persan est le chat d’appartement par excellence ! Son instinct de chasse est très peu développé, et il se satisfait parfaitement d’une vie entre quatre murs, à condition d’avoir à sa disposition des jouets et des cachettes.

La star des chats

Le Persan est beau, et il le sait ! Ce chat adore être regardé et complimenté. Même s’il apprécie énormément la compagnie de son maître, il garde toujours une certaine indépendance. Il accepte très bien de rester seul pendant la journée. Il se méfie des étrangers, et aura tendance à rester caché si vous avez de la visite. Ce fier félin sait se montrer câlin, mais uniquement quand il le décide ! Il n’aime généralement pas beaucoup être maintenu dans les bras.

Il est possible de faire cohabiter le Persan avec d’autres animaux domestiques, que ce soit des chiens ou des chats. Toutefois, son caractère placide s’accorde mal avec celui de compagnons à quatre pattes trop exubérants. Il faut donc veiller à choisir des animaux calmes qui sauront respecter le repos du pacha ! L’introduction devra toujours se faire progressivement, afin de ne pas perturber brutalement les habitudes du Persan.

Une santé fragile…

En raison de l’intense processus de sélection de ses caractères morphologiques spécifiques, le Persan est sujet à des maladies génétiques. De plus, la forme aplatie de sa face entraîne fréquemment des troubles respiratoires et oculaires. Il serait fastidieux de faire ici la liste de toutes les affections qui peuvent toucher cette race.

Citons toutefois la cardiomyopathie hypertrophique (CMH) et la polykystose rénale (PKD). Le recours systématique à des tests génétiques pour ces deux maladies chez les reproducteurs permet heureusement aux éleveurs de diminuer fortement le risque d’apparition. En raison de la longueur de leur pelage, les Persans sont particulièrement vulnérables aux puces et autres parasites, qui s’y dissimulent facilement.

Ils sont aussi sujets à la teigne, une maladie de la peau. Enfin, ils peuvent être touchés par des pathologies de la rétine et de la cornée, des troubles hépatiques et urinaires, des affections des voies respiratoires supérieures, et des problèmes de dent. Ces divers problèmes de santé font que l’espérance de vie du Persan est généralement plus faible que chez la plupart des chats de race.

Cependant, un Persan bien soigné et qui a la chance d’échapper aux maladies héréditaires peut tout de même vivre une quinzaine d’années, voire plus !

Prendre soin d’un chat Persan

Avec sa fourrure luxuriante et sa santé délicate, le Persan est un chat extrêmement dépendant des soins apportés par ses propriétaires. La vie en intérieur est préférable pour lui. En effet, il s’adapte très mal aux températures trop élevées ou trop basses, et son pelage peut vite se transformer en boule de nœuds et en nid à parasites !

Vaccination et vermifugation, indispensables pour tous les chats !

Comme les autres chats, le Persan doit être vacciné afin de le protéger contre les maladies les plus communes. La primo-vaccination s’effectue dès les premières semaines de vie, puis les rappels doivent être faits à intervalles réguliers. Même s’il ne sort pas de la maison, le Persan doit être vermifugé au minimum deux fois par an.

Une alimentation adaptée

La mâchoire courte et étroite du Persan ne lui permet pas de manger tous les types de croquettes. Il faut donc veiller à lui proposer une nourriture adaptée à sa morphologie. Afin de préserver sa santé et la beauté de son pelage, optez pour des croquettes ou pâtées de qualité premium ou ultra-premium.

Celles-ci, riches en viande ou poisson et en oméga 3, et pauvres en glucides, lui fourniront tous les nutriments dont il a besoin ! Méfiez-vous du bon appétit de votre petit glouton. Le Persan, en raison de son manque d’attrait pour l’activité physique, a tendance à prendre facilement de l’embonpoint.

Le toilettage

La longue et abondante fourrure du Persan nécessite des soins à la hauteur de sa beauté ! Il est nécessaire de la brosser soigneusement plusieurs fois par semaine, et même chaque jour si possible. Pour cela, il est recommandé d’utiliser une brosse ou un peigne de toilettage adapté, qui permet de retirer un maximum de poil mort. Cela permet de limiter la quantité de poil absorbée par le chat lors du léchage, et donc de lutter contre la formation de boules de poils dans son estomac. La suppression du poil mort entraîne par ailleurs une meilleure aération du pelage, et limite ainsi l’apparition de problèmes de peau.

Le brossage permet également d’éliminer les parasites, notamment au niveau de la queue. Effectué correctement, il évite la formation de nœuds. En effet, le pelage long et fin du Persan est très favorable à la création de nœuds, qui obligent parfois à raser l’animal afin de s’en débarrasser. Le brossage est également un moment de complicité entre le chat et son maître très apprécié par le Persan ! Un shampoing ponctuel avec un produit adapté peut être envisagé, mais n’est en rien impératif.

Les soins des yeux et des oreilles

Le Persan a tendance à avoir les yeux qui coulent, en particulier chez le peke-face, qui présente fréquemment des anomalies des canaux lacrymaux. De plus, l’évacuation des impuretés est entravée par les poils. Il est donc nécessaire de nettoyer le coin des yeux de votre chat à l’aide d’un mouchoir en papier humide, et ce, une à deux fois par jour.

La présence de touffes de poils à l’intérieur des oreilles favorise l’accumulation de cérumen. Il est donc nécessaire de contrôler très régulièrement la propreté des oreilles, et de les nettoyer à l’aide de produits adaptés.

Les accessoires

Le Persan n’est pas un grand grimpeur. Toutefois, il apprécie un arbre à chat de taille adaptée, avec une large plate-forme sur laquelle il peut se reposer. Un griffoir lui permet d’user ses griffes, qui peuvent avoir tendance à trop s’allonger en raison du manque d’activité physique. Votre Persan aime par-dessus tout faire la sieste ! Offrez-lui donc un panier confortable pour se prélasser à son aise.

Le jeu

Le Persan n’est pas forcément enclin à bouger de lui-même. Ses compagnons humains doivent donc le stimuler en lui proposant des jeux qui lui permettent de se dépenser, sans toutefois être trop turbulents. Proposer à votre félin gourmand des jouets dans lesquels sont cachées des friandises pourrait bien l’encourager à bouger !

Comment adopter un Persan ?

Lorsque l’on souhaite adopter un animal de compagnie, il faut tenir compte du fait qu’il va partager notre vie pendant plus d’une décennie. Cet engagement est d’autant plus important dans le cas du Persan.

En effet, comme nous l’avons déjà évoqué, prendre soin d’un Persan demande du temps et de la disponibilité. Mieux vaut donc bien réfléchir avant de craquer pour l’une de ces adorables boules de poils. Vous devez être certain de pouvoir apporter à votre compagnon toute l’attention et l’amour dont il aura besoin !

Il est important de rappeler que le Persan est malheureusement le chat de race le plus fréquemment abandonné. Certains propriétaires ne sont, en effet, pas suffisamment préparés pour faire face aux soins quotidiens, ainsi qu’aux problèmes de santé fréquents de ce chat magnifique mais fragile.

Le choix de l’élevage

Mais continuons sur une note plus positive. Maintenant que vous avez bien réfléchi et que vous êtes certain de vouloir adopter un Persan, vous devez trouver le chaton qui vous convient. Afin de choisir l’élevage dans lequel l’acheter, vous allez sûrement devoir vous décider entre le type doll-face et le type peke-face.

En effet, si certains élevages proposent des chatons des deux types, la plupart se limitent à une seule de ces deux formes caractéristiques. Certains éleveurs choisissent le peke-face, plus typé et conforme au standard actuel du LOOF. D’autres sont farouchement opposés à la sélection de ces individus au faciès très aplati, en raison de leur grande fragilité face aux problèmes respiratoires et oculaires. Ils préfèrent le doll-face, plus proche de l’apparence du Persan initial.

Comme c’est le cas pour tous les chats de race, il vaut mieux vous rendre directement chez l’éleveur à qui vous souhaitez acheter un chaton. Vous pourrez ainsi constater les conditions de vie des animaux, voir le petit animal évoluer dans son environnement familier, et rencontrer ses parents. Vous pourrez également échanger avec l’éleveur afin qu’il vous oriente vers le chaton le plus adapté pour votre foyer.

Un chat en bonne santé a un prix !

Le prix d’un chaton Persan se situe généralement entre 800 et 2 000 Euros. Cependant, dans le cas de chatons issus de lignées prestigieuses, ou porteurs de robes rares, le prix peut grimper au-delà. La popularité du Persan a malheureusement conduit des individus peu scrupuleux à s’improviser éleveurs. Les responsables de ces véritables usines à chatons cherchent à vendre un maximum de Persans « sans papiers », à un prix légèrement inférieur à celui pratiqué par les éleveurs sérieux.

En vous rendant sur place, vous constaterez vite que les animaux ne vivent pas dans des conditions correctes. Surtout, ne laissez pas de tels individus vous convaincre et vous vendre un chaton. En plus de prendre le risque d’adopter un animal malade, vous contribueriez à entretenir ces pratiques honteuses !

Rechercher

Catégories

À propos

Vous souhaitez en savoir plus sur Le Monde des Chats et son projet ?

Découvrir

Suivez-nous !

Soyez les premiers à lire nos articles !