Éleveur félin

Vous souhaitez devenir éleveur de chats de race ?

Vous êtes un passionné de chats, et vous aimeriez ouvrir un élevage de Maine Coon, ou d'une autre race de chat ? Sachez que pour devenir éleveur félin, aimer les chats ne suffit pas ! Il s'agit véritablement d'un métier de passion, qui nécessite une connaissance poussée de la race, une implication permanente, et beaucoup de travail. L'avantage, c'est que vos petits protégés vous le rendront bien, avec des câlins et beaucoup, beaucoup d'amour ! De plus, vous ferez le bonheur des familles qui accueilleront les chatons. Explorons ensemble les différentes facettes de ce métier exigeant, mais passionnant !

Niveau d'études

Aucun diplôme officiel, mais des certifications / autorisations sont requises (selon l'activité).

Lieu d'exercice

Au domicile de l'éleveur.

Salaire moyen

Très variable (selon la taille de l'élevage, les races proposées...).

SOMMAIRE

éleveur félin
1. Zoom sur ce métier
2. Son rôle
3. Les spécialisations
4. Normes d'élevage
5. La journée type
6. Les avantages
7. Les inconvénients
8. Suis-je fait pour ce métier
9. Les formations
10. Salaire et carrière
11. F.A.Q.
Tous les métiers

1.
Qu'est-ce qu'un éleveur félin ?

On considère comme éleveur félin tout propriétaire d'une chatte reproductrice qui a vendu au minimum un chat ou chaton. L'éleveur de chats possède généralement un petit nombre de chattes reproductrices, ainsi qu'un ou deux mâles. C'est un métier de passionné, qui demande un investissement personnel très important (travailler les week-ends, parfois les jours fériés). Un éleveur félin se limite dans la grande majorité des cas à une, deux, voire trois races de chats. En effet, élever des chats de race demande des connaissances très approfondies.

2.
Le rôle de l'éleveur félin

Le rôle de l'éleveur félin va bien au-delà du simple fait de vendre des animaux ! C'est un spécialiste de la race qui participe à son développement et se porte garant du respect du standard.

Prendre soin des chats au quotidien

La première mission de l'éleveur de chats est bien entendu de prendre soin des animaux dont il est propriétaire, que ce soit les reproducteurs actuels ou les chatons. Il a également la responsabilité des reproducteurs retraités : beaucoup d'éleveurs les gardent à la maison, tandis que d'autres veillent à leur trouver un nouveau foyer aimant et chaleureux. L'éleveur doit nourrir les chats, les toiletter, vérifier leur état de santé, veiller à leur équilibre psychologique...

Faire naître des chatons en bonne santé et leur trouver une famille

L'éleveur sélectionne rigoureusement les reproducteurs et organise les accouplements. Son but est d'obtenir des portées conformes au standard de la race, tout en évitant l'apparition de maladies génétiques dans les lignées. Il prend grand soin des chattes gestantes et les assiste lors de la mise bas, avec ou sans l'aide d'un vétérinaire. Il crée les conditions favorables pour que la chatte s'occupe bien de tous ses petits. L'éleveur veille sur les chatons, et participe à leur éducation. Il leur apprend notamment à accepter les manipulations, le toilettage, les transports, la présence d'enfants et de chiens. L'éleveur de chats se charge de trouver le meilleur foyer possible pour accueillir chacun de ses chatons ou chats adultes. Il conseille les nouveaux propriétaires, les informe sur la meilleure façon de s'occuper d'un chat et sur les spécificités de la race.

Développement, protection et promotion de la race

Par son travail de sélection génétique, l'éleveur félin améliore génération après génération l'aspect physique des ses chats et s'assurent qu'ils bénéficient d'une santé robuste. Il peut également décider de développer de nouvelles couleurs, augmentant la variété des robes au sein d'une race. Il travaille main dans la main avec les autres éleveurs et les clubs de race pour augmenter les connaissances en matière de génétique et de santé du chat. Il peut aussi contribuer à faire connaître la race et à améliorer sa popularité, en participant à des concours, en communiquant dans les médias, sur Internet et sur les réseaux sociaux.

L'éleveur de chats a également un rôle de conservation de certaines races, ou de branches de ces races (maintien d'une lignée distincte de la lignée principale, préservation d'une couleur rare...). En effet, certaines races ont failli disparaître au cours du vingtième siècle. Sans la passion des éleveurs, elles seraient tombées dans l'oubli depuis longtemps. Aujourd'hui encore, des passionnés font le choix d'élever des chats rares ou méconnus, afin que ces races continuent d'exister.

3.
Les spécialisations de l'éleveur félin

Chaque éleveur félin se spécialise généralement dans une ou deux races. En effet, élever des chats de race nécessite une connaissance très approfondie des caractéristiques propres à cette race.

Un spécialiste du standard et des particularités de la race

L'éleveur de chats doit connaître très précisément le standard de la race. Cela lui permet de sélectionner les reproducteurs les plus conformes à ce standard. Il est ainsi en mesure d'obtenir des portées de chatons qui correspondent à leur tour aux critères morphologiques fixés par le standard. Les différentes races ont également chacune leurs spécificités que l'éleveur félin doit connaître. Le temps de gestation est variable, ainsi que la taille des portées.

Les représentants de certaines races ont une croissance très rapide, tandis que d'autres n'atteignent leur plein développement et "l'âge adulte" qu'au bout de deux ou trois ans. Certains chats supportent parfaitement bien le froid et les intempéries, tandis que d'autres doivent absolument être gardés au chaud... Afin de fournir les meilleurs soins possibles à ses protégés, l'éleveur doit maîtriser toutes ces spécificités.

Un fin connaisseur de la psychologie féline

Au delà des caractéristiques physiques, l'éleveur doit également bien connaître le caractère et le comportement dominant chez les individus de la race qu'il a choisie. En effet, même si chaque chat a sa personnalité unique, on peut observer de grandes tendances comportementales au sein d'une même race. Afin de développer une socialisation optimale chez les chatons, l'éleveur félin doit être capable d'interpréter son langage corporel et de prévoir ses réactions.

Un expert de problèmes de santé liés à la race

Enfin, le travail de sélection génétique des reproducteurs nécessite une connaissance approfondie des pathologies qui peuvent toucher la race. En effet, afin d'éviter l'apparition de maladies génétiques chez les chatons, les reproducteurs ne doivent pas être porteurs de certaines mutations génétiques.

4.
Les conditions pour élever des chats de race

En France, on distingue deux types d'élevages félins :

  • les élevages dits familiaux, gérés par des amateurs passionnés qui déclarent au maximum une portée par an ;
  • les élevages dits professionnels, souvent aussi de petite taille, qui accueillent au minimum deux portées par an.

Précisons que, d'après la loi, tout particulier propriétaire d'une femelle reproductrice et qui vend au moins un chaton est considéré comme éleveur.

Cas des élevages familiaux

Les élevages familiaux, qui déclarent une seule portée par an, sont soumis à beaucoup moins d’obligations légales que les élevages professionnels. Ces éleveurs félins doivent cependant veiller au respect des règles sanitaires et vétérinaires. Ils ont également l'obligation de déclarer à l'administration fiscale les revenus générés par la vente des chatons. Enfin, ils sont tenus de respecter les règles de commercialisation d'animaux, et les obligations liées à la vente de chats de race.

La réglementation pour les élevages professionnels

Tout éleveur de chats qui déclare au minimum deux portées par an est considéré comme un professionnel et doit, à ce titre, satisfaire à de nombreuses obligations légales. Tout d'abord, il doit obtenir l'ACACED (Attestation de Connaissances pour les Animaux de Compagnie d’Espèces Domestiques). La formation dure trois jours, et elle est dispensée au sein de différents centres de formation, dont celui du LOOF. Cette formation couvre les sujets suivants :

  • réglementation de l'élevage félin, gestion des locaux destinés à l'élevage ;
  • transport des animaux de compagnie ;
  • alimentation et santé du chat ;
  • connaissance du comportement félin ;
  • génétique et reproduction féline.

L'éleveur félin a l'obligation de déclarer son activité :

  • auprès de la Direction départementale des services vétérinaires, rattachée à la DDPP de chaque département ;
  • à la Mutualité Sociale Agricole (MSA), dont il dépend en raison de son activité d'élevage ;
  • auprès du Centre des Impôts, les revenus liés à la vente des chats étant imposés.

Il se voit attribuer un numéro de SIRET. Il doit par ailleurs choisir un vétérinaire sanitaire qui sera garant du respect des règles relatives à la détention d'animaux à titre professionnel. Les locaux qui accueillent les animaux doivent répondre à des exigences de surface minimum par animal, d’équipement et de propreté. Depuis 2014, la réglementation a été allégée pour les petits élevages comprenant au maximum trois femelles reproductrices et neuf chats de plus de dix mois.

Concrètement, la majorité des petits éleveurs hébergent les chats dans une ou plusieurs pièces de leur domicile. Enfin, l'éleveur est souvent amené à transporter les chats dans un véhicule. Pour cela, il doit être détenteur du Certificat de compétence des conducteurs et des convoyeurs (ex "CAPTAV" - Certificat d’Aptitude Professionnelle pour le Transport d’Animaux Vivants), qui se prépare en deux jours dans un centre de formation.

L'affixe de l'élevage

Chaque élevage professionnel peut déclarer un affixe auprès du LOOF. Cet affixe est en fait le nom de la chatterie, et peut être comparé au nom de famille chez les humains. L'affixe est ajouté à la fin du nom de chacun des chats de l'élevage. Il permet d'assurer une bonne traçabilité des lignées, en identifiant chaque chat de façon unique. Même si la grande majorité des élevages ont un affixe, son obtention n'est pas une obligation. En l'absence d'affixe, une mention indiquant le numéro de la première portée issue de l'élevage est accolée au nom des chats de toutes les portées suivantes.

Le pedigree

Pour vendre un chaton comme chat de race, l'éleveur a l'obligation de l'enregistrer auprès du LOOF. Pour cela, il doit tout d'abord faire une déclaration de saillie et de naissance, et attribuer à chaque chaton de la portée un nom commençant par la lettre de l'année. Le pedigree est un document officiel délivré par le LOOF, qui indique précisément l'ascendance du chat. Pour être considéré comme chat de race, il doit être issu de lignées d'individus de cette race, possédant eux-mêmes un pedigree.

Au moment de la vente d'un animal comme chat de race, l'éleveur a l'obligation de fournir son pedigree LOOF à l'acheteur. Il est bien entendu autorisé d'élever et de vendre des chats sans pedigree. Dans ce cas, les animaux ne devront pas être vendus comme chats de race. S'ils correspondent au standard de la race, mais ne possèdent pas de pedigree, ils seront qualifiés de chats « de type » : chat de type Persan, de type Siamois....

La participation aux concours félins

Rien n'oblige un éleveur de chats à participer à des concours félins. Cependant, l'obtention d'un prix dans l'un de ces concours est une preuve de la qualité de l'élevage, et augmente la valeur des chatons issus des animaux primés. Les titres obtenus par les reproducteurs sont, en effet, indiqués sur le pedigree des descendants. De plus, participer à des expositions félines permet de développer sa connaissance de la race et de son standard, et de nouer des relations avec les autres éleveurs. Enfin, les concours donnent l'occasion aux éleveurs félins de présenter leurs animaux au public, et en particulier aux éventuels acheteurs.

5.
Journée type d'un éleveur félin

On ne peut pas vraiment définir de journée type dans la vie d'un éleveur de chats, dans la mesure où les différences entre un élevage "familiale" et "professionnel" sont importantes. Dans le premier cas, la plupart des éleveurs ont un travail à côté et s'occupent donc de cette activité sur leur temps libre. Dans le cas des "élevages professionnels", de plus grande envergure, c'est un travail à temps plein qui demande beaucoup d'implication et d'investissement (personnel, comme financier). Il faut bien sûr veiller à la santé et au bien-être physique des chats : alimentation, toilettage, suivi vétérinaire, mais aussi nettoyage des litières et autres accessoires, entretien des locaux...

L'éleveur de chats participe également activement à l'éducation des chatons, afin qu'ils soient prêts à intégrer toutes sortes de foyers le moment venu. Cela implique de leur consacrer du temps et de l'attention, pour les habituer à être manipulé. Il faut également autant que possible leur faire passer du temps avec les autres membres de la famille, en particulier les enfants.

De plus, il est intéressant de les habituer à la présence d'autres animaux, notamment des chiens. La sélection de nouveaux reproducteurs, l'organisation des accouplements, le suivi de la gestation et la participation aux naissances constituent également un élément important du travail de l'éleveur. Enfin, il doit consacrer du temps à la préparation et à la participation aux expositions félines, à la communication autour de sa chatterie, et à la commercialisation des chatons.

6.
Avantages du métier d'éleveur félin

Élever des chats est une véritable activité de passionnés. En effet, cela nécessite de côtoyer les animaux en permanence, souvent au sein même du domicile. Pour un amoureux des chats, c'est donc un métier qui apporte beaucoup d'amour et une grande satisfaction en voyant les chatons aller faire le bonheur d'autres familles. L'élevage de chats peut se faire à domicile et sans équipements coûteux, à condition d'avoir un logement suffisamment grand. Il ne nécessite aucun diplôme (seulement des certifications et autorisations dans le cadre d'un élevage professionnel), et un éleveur peut donc débuter son activité à tout moment de sa vie.

En plus de veiller au bien-être de leurs protégés, les éleveurs félins assurent l'avenir d'une race de chat et le maintien des standards liés. Cette responsabilité est souvent très appréciée des éleveurs, car elle leur donne un rôle très important : celui de "protecteur des espèces", veillant au quotidien à ce que certaines races ne se retrouvent pas en voie de disparition.

7.
Inconvénients du métier d'éleveur félin

L'élevage de chats demande énormément de temps et d'investissement personnel. L'éleveur doit être prêt à annuler sorties et loisirs pour s'occuper d'un chat souffrant ou pour assister une chatte en train de mettre bas. De plus, comme toute personne responsable d'animaux, l'éleveur félin peut difficilement partir en vacances ! Il est en effet difficile de trouver une personne de confiance qui saura s'occuper de tous les chats de l'élevage, adultes comme chatons, mâles comme femelles.

De plus, le nettoyage des locaux et les autres tâches du quotidien prennent parfois le dessus sur l'administratif ou la communication autour de la chatterie. Développer son activité demande donc une réelle organisation interne, afin de débloquer du temps pour son activité.

Trouver de nouvelles familles de confiance peut aussi être un challenge, car malheureusement, tout le monde n'est pas encore au fait des bonnes pratiques en matière d'adoption. Le rôle de l'éleveur peut donc être parfois difficile quand vient le moment de choisir les bons adoptants.

8.
Suis-je fait pour ce métier ?

La première condition pour devenir éleveur de chats est bien sûr l'amour de ces petits félins ! Mais un bon éleveur doit posséder bien d'autres qualités. C'est un véritable spécialiste, qui connaît parfaitement le standard et les particularités de la race dont il s'occupe. Il a besoin de développer une véritable expertise de la santé féline, afin de participer au suivi vétérinaire de ses chats. Il doit en outre actualiser en permanence ses connaissances en matière de génétique, et se montrer particulièrement rigoureux dans la sélection des reproducteurs et l'organisation des accouplements, afin d'obtenir des chatons conformes au standard, mais surtout équilibrés et en bonne santé.

L'éleveur félin doit avoir une excellente connaissance du développement et du comportement des chats, pour éduquer les chatons correctement. Mais il a aussi besoin de faire preuve de psychologie avec les humains, afin de cerner les motivations et la personnalité des candidats à l'adoption, et de proposer aux futurs propriétaires un chaton qui saura s'intégrer dans leur foyer.

9.
Formation pour devenir éleveur félin

Il n'y a pas de formation obligatoire pour devenir éleveur félin. Il est toutefois nécessaire de détenir l'ACACED, qui justifie d'une formation minimale destinée à toute personne souhaitant travailler avec des animaux de compagnie. Cette certification peut être obtenue auprès de divers centres de formation, mais en passant par le LOOF le futur éleveur est certain de suivre une formation orientée vers les chats. Ensuite, le métier s'apprend sur le terrain, en échangeant avec les autres éleveurs et les vétérinaires. Pour cela, l'adhésion à un club de race est vivement recommandée.

10.
Salaire, perspectives de carrière et d'évolution

Un éleveur de chats ne vit généralement pas de cette activité. En effet, la plupart des chatteries sont de tout petits élevages, avec une à trois chattes reproductrices seulement. De plus, la fréquence des portées est encadrée par la loi : une chatte ne peut pas avoir plus de trois portées en deux ans. Pour réellement vivre de l'élevage félin, il est nécessaire de posséder un nombre conséquent de reproducteurs, et cette activité constitue alors un emploi à temps plein.

Le bénéfice de l’éleveur lors de la vente d'un chat dépend de multiples facteurs : la race, le pedigree, les récompenses obtenues par les ascendants, mais aussi les frais engagés dans l'élevage du chaton. L'éleveur de chats a différentes façons de faire évoluer sa carrière. Il peut décider d'augmenter le nombre de reproducteurs qu'il possède, afin d'obtenir plus de portées. Il a aussi la possibilité de commencer l'élevage d'une deuxième race.

Certains éleveurs se focalisent sur l'obtention de prix dans les concours félins, afin d'augmenter la notoriété de leur élevage. D'autres prennent des responsabilités dans un club de race. D'autres encore peuvent développer leurs connaissances d'une race afin de devenir juges dans les concours félins.

11.
Questions fréquentes sur le métier d'éleveur félin

Vous vous posez encore des questions sur le passionnant métier d'éleveur félin ? Voilà nos réponses à quelques questions fréquentes chez ceux qui envisagent d'ouvrir un élevage de chats !

Peut-on devenir éleveur félin sans diplôme ?

Aucun diplôme scolaire n'est nécessaire pour devenir éleveur de chats. Cependant, à partir du moment où l'éleveur est considéré comme professionnel, il doit obligatoirement avoir suivi une formation et obtenu l'ACACED.

Est-ce qu'une chatterie peut élever plusieurs races de chats ?

Il est tout à fait possible d'élever différentes races de chat dans la même chatterie. Toutefois, les éleveurs sérieux se limitent à deux ou trois races au maximum. Ils choisissent les races qu'ils élèvent en fonction de leurs préférences, mais aussi parfois en raison de ressemblances dans la conduite de l'élevage. Un élevage de Maine Coon peut par exemple choisir d'élever également des Savannah : comme il s'agit de deux races de grande taille, tous les accessoires seront adaptés aux deux races.

Quel est le prix d'un chat de race ?

Le prix d'un chat de race est très variable en fonction notamment de la race, de la conformité au standard, du pedigree, de la rareté de la couleur du chat... Certains chats de race se négocient aux alentours de 500 à 600 euros, tandis que le prix d'un Savannah par exemple peut atteindre plusieurs milliers d'euros.

VOUS SOUHAITEZ TRAVAILLER AVEC LES ANIMAUX ?